Bio-info Toute l'information du Bio

Overdose de pub ? Dites non !

Overdose de pub ? Dites non !

Les pratiques utilisées par les grandes entreprises pour faire connaître leurs marques et leurs produits et influencer le consommateur sont de plus en plus diversifiées et sophistiquées. Le « neuromarketing », né au début des années 2000, est devenu une science incontournable au service d’une propagande de plus en plus invasive. Aujourd’hui, plus personne ne peut échapper à ce matraquage uniforme, uniformisant, coûteux et polluant. Il est heureusement possible de limiter le nombre et l’impact des publicités auxquelles on est confronté chaque jour.

Mettez au régime votre boîte aux lettres

À moins de déménager régulièrement, la règle d’or est de ne pas communiquer ses coordonnées lors d’opérations de marketing, même pour les cartes de fidélité. Souvent un nom seul suffit pour bénéficier des avantages. S’il vous faut tout de même donner une adresse, cochez la case demandant à ce que vos coordonnées ne soient pas utilisées à d’autres fins, ni, surtout, revendues à des tiers (une pratique généralisée).

Commandez un autocollant « Pub non merci » sur le site www.stoppub.fr, qui propose de vous le personnaliser avec le logo de votre ville ou de votre association.

Il est devenu simple d’éviter les campagnes marketing par téléphone et par courrier : une loi de juin 2004 oblige en effet les prospecteurs à s’adresser uniquement aux personnes qui ont donné leur consentement pour répondre à ces enquêtes. Attention aux cases que vous cochez lorsque vous répondez à des offres ou remplissez des formulaires sur internet.

N’ouvrez pas et renvoyez à leur expéditeur les courriers publicitaires adressés à votre nom et adresse avec la mention « courrier non sollicité ». Vous pouvez aussi vous adresser directement aux entreprises pour demander d’être supprimé de leurs fichiers.

Dernier rempart : l’esprit critique

 Exercez-vous à identifier les publicités placées dans les films et divertissements.

 Écoutez des radios indépendantes sans publicité.

 Posez-vous des questions face aux publicités inévitables. Qui a vraiment besoin de ça ? Quels sont les coûts environnementaux et sociaux cachés ? Pourquoi le message marque-t-il ? Ne pas hésiter à en parler à plusieurs, notamment avec les enfants, devant la télé ou en voiture… ! 

 

Bon à savoir

Le prospectus est mort, vive la pollution numérique !

Selon un sondage TNS Sofres, 74 % des Français disent recevoir encore « trop de prospectus ». Chaque seconde, en France, 27 kg d’imprimés publicitaires sont distribués dans les boîtes aux lettres, soit 40 kg par foyer et 17 kg par habitant ! Ces 18 milliards de prospectus annuels représentent 830 000 tonnes de papier et 2,8 milliards d’euros de budget marketing investi dans l’« imprimé sans adresse », autre nom du prospectus publicitaire (sources : Consoglobe.com ; Union française du marketing direct et digital, 2011). En 2013, l’éco-contribution sur les prospectus et catalogues, pour les distributeurs devrait augmenter de 23 %. Une bonne nouvelle qui s’accompagne d’une publicité de plus en plus matraquante sur internet…
Le papier étant de moins en moins rentable, la plupart des entreprises se sont déjà mises aux méthodes numériques, complémentaires. Mais ne nous laissons pas berner : si ces « solutions web-to-store », en jargon publicitaire, sont plus économiques, elles sont malheureusement tout aussi polluantes.

 

ASTUCES DE GEEK
Sur internet, reprenez le contrôle

Logiciel filtre

Le logiciel gratuit Adblock s’installe en quelques clics. Il permet de bloquer les bannières, pop-ups et publicités vidéo, même sur des sites comme Facebook et YouTube. Flashblock se charge, lui, de faire barrage aux animations Flash sur Firefox.

Adresse jetable

Sur le site www.mail-temporaire.fr, vous pouvez vous créer une adresse temporaire en quelques clics, pour la durée de votre choix. Cette adresse permet de garder la vôtre cachée aux yeux des expéditeurs, dont le site se charge de vous retransmettre les mails.

Anti-pourriel

La lutte antispam est devenue une discipline à part entière. Vous trouverez sur internet différentes méthodes pour combattre le pourriel : techniques de filtrage, logiciels… Mais vous pouvez commencer par jeter l’anathème sur les mails non désirés en les signalant comme spams dans votre boîte mail.

 

 

À lire sur 60 Millions de Consommateurs : Comment dire stop à la pub 

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité