Bio-info Toute l'information du Bio

Randonnée, marche citadine, nordique ou afghane : mille façons de marcher

Randonnée, marche citadine, nordique ou afghane : mille façons de marcher

Dans les sociétés occidentales, le marcheur est devenu piéton. Bien que la marche soit encore le premier moyen de se déplacer dans le monde, sa pratique se perd au profit de moyens de transport motorisés. Pourtant, les avantages de la marche sur la santé ne sont plus à démontrer. Même de petits trajets peuvent avoir une action efficace sur le bien-être corporel et émotionnel. C’est aussi le moyen de locomotion le moins cher, le plus facile à mettre en œuvre et peut-être même celui qui peut mener le plus loin. 

Prendre le temps de marcher pour s’inspirer

Au-delà de l’acte anodin de mettre un pied devant l’autre, la marche soulève des questions métaphysiques. De nombreux philosophes, parmi lesquels Jean-Jacques Rousseau, Descartes ou encore Nietzsche ont attribué le développement de leurs pensées à leurs marches méditatives. Descartes met l’écriture de ses fameuses «Méditations métaphysiques» sur le compte de ses promenades quotidiennes. Même sans être un grand philosophe, testez: en cas de coup de blues, de grand stress ou de panne d’inspiration au travail, sortez faire le tour du pâté de maison, ça marche à tous les coups.

Dans son ouvrage «Les bienfaits de la marche» (éditions Dangles, juin 2014), Sébastien Marc incite le piéton à redevenir marcheur et met en avant les bienfaits qu’on en retire. Physiques d’abord, avec des actions sur le système cardiovasculaire, la santé des articulations, le système respiratoire et la circulation sanguine. Mais aussi psychiques, car marcher stimule la sécrétion des endorphines, les hormones antistress. Aujourd’hui, même la technologie se met au service de nos pas et chacun peut investir sans trop se ruiner dans une application smartphone telles que Runtastic, ou une montre podomètre afin de mesurer le nombre de pas effectués dans la journée. Et puis, marcher permet aussi de ralentir la cadence et de prendre le temps. Arrêter de courir pour retrouver la sensation de ses pas sur le sol, prendre le temps d’admirer le paysage environnant, lever la tête pour admirer le ciel ou l’architecture de la ville peut avoir des effets impressionnants sur le moral… 

Synchroniser le pas et la respiration

Pour celles et ceux qui veulent faire de la marche une véritable activité sportive, il existe différentes sortes de marche, qui allient activité physique endurante et moment de détente. Star des stars, la randonnée bien sûr, qui se pratique idéalement en montagne mais se développe aussi dans les grandes villes, où les citadins peuvent se retrouver dans de nombreux clubs de randonnée citadine. Preuve que les hauts sommets n’ont pas l’apanage des longues marches contemplatives. La marche nordique, aussi très en vogue, est de plus en plus proposée dans les clubs de marche ou d’athlétisme. Dynamique, elle a été créée à l’origine pour l’entraînement des skieurs de fond. Elle se pratique avec des bâtons afin de permettre d’accentuer le mouvement naturel des bras, propulser le corps vers l’avant et donner ainsi une allure rapide.

Enfin, la marche afghane est basée sur deux actes simples et naturels: marcher et respirer. Elle repose sur la synchronisation du souffle avec les pas. Pratiquée par les chameliers afghans, elle visait à l’origine à garder une bonne allure sur de longues distances. Cette méthode peut paraître un peu technique au début car il faut synchroniser le souffle et le mouvement sur une cadence de 3/1, 3/1. Ainsi, les trois premiers pas se font sur une inspiration, au quatrième, le souffle est retenu, puis l’expiration se fait sur les trois pas suivants, le souffle retenu sur le quatrième, etc. Mais le rythme se prend très facilement. Cette pratique endurante permet d’augmenter la consommation d’oxygène dans le sang et de mieux régénérer le corps entier. Comme tous les autres styles de marche, l’afghane peut se pratiquer partout et ne nécessite aucune dépense (hormis celle d’une bonne paire de chaussures). Et si nous tentions de lâcher voiture, métro et bus pour faire deux trois pas, juste pour voir où cela mène?

 

Équilibre 

Le Breath Walk, marche yogique

Inspiré du kundalini yoga, qui vise l’éveil de la conscience de soi par la maîtrise de l’énergie vitale, le Breath Walk est un type de marche qui allie pas, respiration et méditation. Il se pratique en plusieurs étapes : le réveil qui consiste à préparer le corps à la marche en faisant des exercices corporels et de respiration. Ensuite, la phase d’alignement consiste à marcher en veillant à sa posture et en augmentant sa vitesse progressivement jusqu’à atteindre son rythme. La phase trois, nommée « vitalisation », propose d’alterner deux modules respiratoires : l’aigle et le tigre. En phase d’équilibre, le rythme ralentit et l’attention doit être portée sur les différentes parties du corps sollicitées par la marche. Il est aussi recommandé durant cette étape de pratiquer quelques postures de yoga. Enfin, la dernière phase, l’intégration, consiste en un exercice de visualisation, pratiqué assis, une sorte de « marche intérieure ». Infos : www.kundalini-yoga-ardeche.com.

 

En savoir plus :

Randonnée : www.ffrandonnee.fr.

Marche nordique : www.marche-nordique.net, www.athle.fr.

Marche afghane : www.marche-afghane.com, www.marche-consciente.com.

 

À lire sur notre site : 

La tango thérapie a le vent en poupe!

Du yoga au diapason ddes abeilles

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité