Bio-info Toute l'information du Bio

Nos compagnons en vacances

Nos compagnons en vacances

Tous les animaux n’aiment pas voyager ! Ainsi en est-il de la majorité des chats, animaux territoriaux par excellence. Pour les félins, devoir changer de territoire est assez mal vécu et souvent carrément traumatisant, sauf pour certains qui, tout petits, ont pris l’habitude d’accompagner chaque année leur maître sur le même lieu de vacances. Mais la plupart d’entre eux préfèrent rester chez eux.

Une bonne socialisation

Le chien, contrairement au chat, est un animal social. Il préfère rester avec le ou les membres de sa famille. Un chien bien socialisé, qui ne souffre pas de peurs phobiques ou d’anxiété, sera généralement ravi de découvrir de nouvelles ballades et de nouvelles odeurs. En fonction du lieu de villégiature, il est important d’avoir familiarisé l’animal à certaines conditions peut-être inhabituelles pour lui : voyager en voiture, prendre l’ascenseur, marcher dans la foule, endurer les cris et les jeux des enfants, croiser des cyclistes, des cavaliers, des vaches, des moutons…

Prévoyance

Avant de partir en vacances avec votre animal, il est important de prendre certaines précautions. Où que vous alliez, renseignez-vous d’abord sur les règlements locaux et les éventuels dangers : présence d’insectes, de parasites, d’animaux ou de plantes problématiques. Certains vaccins sont parfois obligatoires.

Même si votre chien est porteur d’une puce électronique, il est toujours préférable de lui accrocher une médaille ou un collier fluo avec vos nom et numéro de portable (avec le préfixe international) au cas où il aurait envie de découvrir le pays sans vous. Cela évitera aux personnes qui le retrouveraient des démarches parfois fastidieuses.

Pour le voyage

Si l’animal souffre du mal des transports, il sera utile de lui donner deux jours avant le départ Scleranthus en fleurs de Bach ou Cocculine (Boiron) en homéopathie. L’élixir de Walnut, autre fleur de Bach, sera également précieux pour faciliter son adaptation aux conditions de voyage et de villégiature.

En voiture, il est indispensable de prévoir des haltes régulières afin que le chien puisse se dégourdir les pattes et boire à volonté. Est-il encore nécessaire de rappeler qu’il ne faut jamais laisser un chien dans une voiture stationnée au soleil plus de quelques minutes ? Si l’on constate qu’il souffre de la chaleur, on pourra l’asperger d’eau. Il faut se rappeler qu’un animal âgé supporte moins bien la chaleur qu’un individu jeune. De même pour les chiens à face plate, qui souffrent presque toujours d’insuffisance respiratoire (carlin, bouledogue, pékinois…), ainsi que pour les chiens en surpoids et ceux à la robe noire ou majoritairement noire. 

Dans votre trousse, pour lutter contre les petits soucis de santé

• Rescue remedy du Dr Bach, de préférence en spray pour une utilisation interne ou externe, en cas de chocs physiques ou émotionnels, irritations cutanées, coup de chaleur, piqûres.

• Pour les mêmes indications, en homéopathie, pensez à Arnica 5 CH (en interne).

• Teinture mère de calendula ou élixir du Suédois, 15 gouttes diluées dans un verre d’eau, pour nettoyer et/ou désinfecter des petites plaies ou irritations cutanées. Une crème au calendula cicatrisera ou calmera les irritations et démangeaisons.

• Même si certains lieux sont infestés de tiques, pas de panique. Sachez que peu d’entre elles sont porteuses de la maladie de Lyme et que, de toute manière, les animaux sont peu sensibles à cette maladie. Si vous tenez tout de même à protéger votre animal de ces hôtes indésirables, frictionnez-le avant de partir en forêt avec un mélange d’huiles essentielles de géranium Bourbon, tea tree, Iary et lavande dilué dans de l’alcool ou du vinaigre. Utilisez également ce mélange sur vous-même pour éviter que les tiques ne se rabattent sur vous.

Pour rappel, pas d’utilisation d’HE chez le chat ! Un outil à tiques peut aussi se révéler utile.

• Une pince à épiler permettra d’enlever les épillets. Ces graines de graminées sauvages peuvent pénétrer les oreilles, le nez, les yeux ou les coussinets, et provoquer des abcès, surtout chez les animaux à poil long.

• Le charbon actif et la myrtille, en gélules ou en granulés, associé à l’argile, pour les intoxications alimentaires.

• Le macérat glycériné de bourgeons de cassis, pour les allergies soudaines : entre 10 à 20 gouttes selon la taille de l’animal.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité