Bio-info Toute l'information du Bio

Brindilles, un bébé site 
devenu grand

Brindilles, un bébé site 
devenu grand

Depuis Saint-Rémy-Lès-Chevreuse (78), il faut traverser une belle forêt pour arriver à Vaugrigneuse, dans la campagne essonnienne, où se trouve Brindilles, entreprise de vente en ligne d’articles de puériculture bio. En ce mois de novembre, une brume épaisse recouvre le ciel et les arbres se sont parés de leurs feuillages mordorés de l’automne.

À l’origine de cette entreprise créée en 2008 par Helen Gibson et Patrice Clot, l’envie du couple de changer de vie, loin de Paris où il vivait et travaillait. Patrice tenait une société de maintenance industrielle. « J’ai eu envie de me mettre au vert, de trouver une activité qui avait du sens », confie-t-il. Il a alors revendu sa société et tous deux ont quitté leurs 120 mètres carrés pour… un petit cabanon à Rochefort-en-Yvelines, où ils ont acheté « un bâtiment en ruine pour le réhabiliter ». Helen Gibson est ensuite tombée enceinte. « Je n’étais pas spécialement orientée vers le bio auparavant, raconte cette Anglaise installée depuis longtemps en France. Mon intérêt s’est développé lors de ma grossesse. J’ai voulu utiliser les meilleurs produits pour mon enfant. » Alors qu’elle cherchait en ligne des articles répondant à ses attentes en termes de qualité et de provenance, elle s’est rendu compte que l’offre était très limitée et peu professionnalisée. « Le créneau était à prendre ! »

 Un jardin bio collectif

Une fois créée, Brindilles s’est développée rapidement. Les « bureaux » étaient d’abord situés dans une caravane achetée pour l’occasion, à côté du cabanon d’habitation, puis le bâtiment de Rochefort, une fois réhabilité, a servi à stocker les marchandises. L’entreprise, installée depuis 2009 à Vaugrigneuse, compte aujourd’hui dix salariés et référence 9 000 produits de trois cents marques.

 

reportage-brindilles-vaugrigneuse-bebe-puericulture-bio-info-2

 

Quand on remonte l’escalier en colimaçon pour accéder aux bureaux, la douce chaleur sèche d’un poêle à bois enveloppe. Il est 13 heures. Les salariés déjeunent dans la convivialité. Un jardin bio offre de quoi agrémenter leurs repas. Salades, piments, courgettes, aubergines, potirons, persil, basilic… En ce moment, quelques légumes et herbes aromatiques tardifs colorent encore le potager. Une odeur de terre humide et fraîche en parfume les abords.
Cette année, Patrice Clot s’est essayé à la permaculture : « J’ai construit des planches auto-fertiles qui ne nécessitent aucun engrais ni entretien. Pas même d’être arrosées ! La nature du plancher, l’organisation de plantes complémentaires, comme les œillets d’Inde plantés à côté des tomates, et l’utilisation de la paille entretiennent l’humidité, chassent les nuisibles et empêchent les mauvaises herbes de se développer. » Patrice a grandi dans la forêt en Afrique, notamment au Gabon et au Burkina Faso. De culture, il ne se sentait pas forcément proche du commerce en ligne. L’idée de construire ce potager lui est venue pour se reconnecter à la nature. « J’avais besoin de mettre les mains dans la terre et de pouvoir prendre un bol d’air frais ! » Ce coin de verdure intégré à l’entreprise est venu renforcer ce qui fait l’ADN de Brindilles.

Recyclage généralisé

Dans la gestion et l’organisation générale de l’entreprise, Helen Gibson et Patrice Clot essaient de donner corps à leurs valeurs. Les cartons d’emballage sont de réemploi, récupérés d’autres sociétés ou de leurs propres marchandises, quand ils sont encore en parfait état. Les cartons abîmés, de même que les plastiques, eux, sont transformés en balles à recycler par un compacteur. « J’utilise parfois le carton pour le potager, explique Patrice. Les vers de terre en sont très friands ! Je choisis les parties sans encre et j’enlève le scotch avant de les disposer sur la terre. »

Ici, tout est autant que possible réutilisé : le marc de café, déposé aussi dans le potager pour le bonheur des vers de terre, les palettes en bois, qui servent de murs au poulailler… Car oui, des poules se promènent dans un enclos qui jouxte le jardinet. Elles héritent d’ailleurs des cendres du poêle à bois et logent dans une vieille remorque récupérée par les dirigeants. Les œufs, à l’instar des produits du jardin, sont à la disposition des salariés. Les déchets sont évidemment triés et les restes des repas finissent en compost. Les enfants des uns et des autres profitent des espaces verts de l’entreprise, que ce soit pour taquiner les gallinacées, cueillir des fleurs ou ramasser des légumes. La salle de réunion se transforme en salle de yoga les vendredis et de temps en temps, en salle de jeux pour les enfants.

70 conseillères maison

Cet esprit quasi communautaire se traduit à l’échelle de la clientèle par le biais du réseau national des mamans relais. Une initiative qui consiste à la démonstration des produits Brindilles par des conseillères sous la forme de ventes en réunion chez des particulières. L’idée est née en 2009 d’une cliente qui a eu l’envie de devenir ambassadrice de la société. « Elle nous a expliqué son idée sous la forme d’une lettre au Père Noël ! », se souvient Patrice Clot. À la suite d’une rencontre avec le dirigeant, cette Grenobloise s’est chargée de créer le réseau, fort aujourd’hui de soixante-dix ambassadrices. Pour 2015, Patrice Clot a d’autres idées derrière la tête, mais compte, pour l’instant, rester discret. 
Bientôt 14 heures. Les salariés bavardent sous l’entrepôt. Ils s’apprêtent à reprendre le travail sereinement. Et avec le sourire. 

(Photos Chloé Goudenhooft)
 

Une sélection rigoureuse

Du bio pour bébé, d’accord, mais pas à n’importe quel prix ! « Nous sommes très attentifs à la cohérence de notre sélection, avertit Helen Gibson. Par exemple, nous avons choisi de ne pas proposer un collier qui sert de jouet d’allaitement car le coton utilisé n’était pas complètement bio. Nous demandons aux fournisseurs des attestations pour prouver la qualité des articles. » En termes de marques, on retrouve de grands classiques comme Holle, Hipp, Babybio ou De Bardo pour l’alimentation, Coslys, Weleda, Alpaderm ou Néobulle en cosmétiques.

Pour les mamans, le site référence Acorelle pour les soins d’épilation ainsi que la marque Omum, au top de la cosmétique pour ventres ronds. Pour les papas, la belle gamme bleue de Weleda. Et le meilleur du bio pour l’allaitement, le portage, la chambre de bébé et bien sûr le change avec les couches jetables de Wiona, Tidoo, Moltex, et un grand choix de lavables (Bummis, Tots Bots, Best Bottom Diaper, Disana, Flip…). Coté garde-robe, on trouve du certifié GOTS avec les bodies et T-shirts de Livings Crafts et le joli modèle en coton « Truck » de Frugi, orné d’un tracteur en applique brodée. À lire, notre repérage : À shopper sur Brindilles.com. C. G. et I. P.


Brindilles, 6, rue de la Chardonnière, 91640 Vaugrigneuse, 01 69 92 19 20, www.brindilles.com.

 

À lire sur notre site : Dossier : bébé bio de A à Z

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité