Bio-info Toute l'information du Bio

Ce que peut cacher la fatigue chronique

Ce que peut cacher la fatigue chronique

L’hiver disparait pour laisser le printemps, puis l’été, apparaître pour le plus grand bien de notre mental mais aussi de nos différents systèmes organiques. Et pourtant vous êtes toujours fatigué(e), vous n’arrivez pas ou plus à récupérer d’énergie. Toute action vous demande beaucoup d’effort et vous en ressortez complètement « hors service ». Vous n’aspirez plus qu’à vous allonger et vous restez léthargique pendant plusieurs heures, n'avez envie de rien, votre passion a disparu... 

Face à ces sylptômes de la fatigue chronique, votre médecin traitant vous a peut-être conseillé de prendre des stimulants, des vitamines, oligo-éléments ou minéraux, et cela peut-être sans résultats notoires.

Chercher la cause de la fatigue avec détermination

Les praticiens de santé naturopathes chercherons plutôt à savoir quelle est la cause primaire de cet état pathologique... avant de vouloir supprimer les symptômes en donnant des stimulants ou énergétisants sous forme de compléments alimentaires.

Alors que faire face à une fatigue chronique ? Avant toute supplémentation allopathique ou naturopathique, Il faut rechercher sa cause fondamentale grâce à certaines recherches biologiques afin de ne pas se tromper d’objectif.

Ainsi faudra t’il s’assurer que sous cette fatigue chronique, il n’y a pas une pathologie importante sous jacente telle que leucémie, cancer ou pathologie auto-immune comme la thyroïdite de Hashimoto (hypothyroïdie). Certaines analyses biologiques permettront, en première intention, de s’en assurer. Des dosages sérologiques divers montrant la présence de certaines immunoglobulines telles que IgM (immunoglobulines M), marqueront la présence pathologique éventuelle de microbes :

-       sérologie à la maladie de Lyme  

-       sérologie aux hépatites virales

-       sérologie à la mononucléose

-       sérologie aux candida albicans

-       dosage thyroïdien (TSH, T3, T4)

-       dosage de la glycémie à jeun, de l’hémoglobine glyquée, de l’insulinémie et du chrome plasmatique

-       dosage des protéines plasmatiques grâce à une électrophorèse puis d’un profil protidique

-       dosage des protéines urinaires

-       dosage de la ferritine (fer de réserve), fer sérique (fer circulant) mais aussi de la transferrine (transporteur du fer sérique), d’origine hépatique

-       ASAT, ALAT et γGT (enzymes hépatiques)...

Assimilez-vous bien les protéines ?  

Ces dosages permettront de ne pas omettre la présence de certaines pathologies induisant une grande fatigue et d’intervenir plus rapidement.

Ainsi, par exemple, si on trouve une sérologie positive à la maladie de Lyme, une hépatite ou une insuffisance thyroïdienne, la correction thérapeutique sera adaptée. 

Le dosage des protéines dans les urines (protidurie) permet quant à lui de voir s'il s’agit d’une pathologie rénale (mauvaise réabsorption au niveau du glomérule) ou d’une carence en protéines. Car les immunoglobulines sont synthétisées (au niveau de la moëlle osseuse) grâce à la présence d’acides aminés issus du catabolisme digestif des protéines alimentaires animales et végétales.

En cas de fatigue chronique, il faut aussi se demander si le sommeil est bon qualitativement. La couleur des urines du matin, normalement plus jaunes, permet de savoir si le sommeil est récupérateur d’un point de vue énergétique.

Votre alimentation est-elle suffisamment riche en protéines animales ou végétales? Si oui, absorbez-vous correctement vos protéines sous formes d’acides aminés? Si oui, assimilez-vous cellulairement ces acides aminés ?  Quels sont les éléments nécessaires pour cette assimilation cellulaire ?

Régime dissocié : danger

En l'ocurence, les acides aminés, pour être assimilés (et non absorbables) ont besoin d’une « clé » : l’insuline, qui elle-même ne peut être élaborée par le pancréas qu’en présence de glucose. En cas de régime alimentaire dissocié strict et en ne consommant que des protéines sans glucides, il n'y a pas de sécrétion d’insuline et donc pas d’assimilation des acides aminés. Donc pas de synthèse des immunoglobulines.. Mais l'équilbre des hormones, des neurotransmetteurs et des enzymes est aussi affecté. Méfiance avec ces régimes dissociés permanents, qui à long terme induisent des dysfonctionnements importants - immunitaires, hormonaux, nerveux. 

Dans ce cas précis, il est inutile de prendre des suppléments alimentaires pour pallier votre fatigue chronique. Le naturopathe analysera plutôt votre régime régime alimentaire grâce à l’anamnèse (questionnaire très important), le dosage des protéines sanguines et urinaires, et on pourrait ajouter un dosage au niveau des matières fécales.

On comprend parfaitement qu’en fonction des résultats des analyses biologiques sanguines, urinaires et coproculture, le thérapeute sera en mesure de déterminer qu’elle est la source primaire de cette fatigue chronique et ainsi d’y remédier efficacement. En prenant les problèmes dans le bon ordre. 

 

christian-brun-naturopathe-bio-info-vaccins-interview-2

Christian Brun est professeur de naturopathie au CENATHO (Paris) et consulte à Versailles. Il a publié aux Editions Amyris « Les Analyses biologiques en naturopathie » (2013) et « Stress et immunologie » (décembre 2014, éditions Trédaniel). Consultations : 06 09 94 79 39 ou 01 39 25 07 04, mail : chrst.brun@orange.fr. Infos : www.christian-brun-naturo.fr

 

 

À lire sur notre site : 

Fatigue, épuisement, coup de barre : le soutien de la médecine chinoise

Indispensable magnésium


Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité