Bio-info Toute l'information du Bio

Gemmothérapie : les bourgeons sont-ils efficaces?

Gemmothérapie : les bourgeons sont-ils efficaces?

« Je préfère parler d'embryothérapie plutôt que de gemmothérapie » cadre d’emblée le docteur Roger Halfon. Pour ce médecin psychiatre, homéopathe et phytothérapeute, le mot est plus juste « car un embryon est une force de vie. Il contient tous les éléments de vie, comme un fœtus qui donnera un homme ou une femme adulte ».

La gemmothérapie en traitement de fond

C'est précisément le principe des bourgeons, radicelles ou jeunes pousses utilisés dans la gemmothérapie : ils contiennent dans leur méristème (tissu végétal indifférencié dont les cellules se divisent rapidement pour permettre la croissance de la plante) toute l'énergie informative et le potentiel biologique de la plante adulte, dont l'hormone de croissance. C'est d'ailleurs le terme de phytembryothérapie qu'avait choisi le docteur Pol Henry dans les années 1950, lorsqu'il avait étudié et ressorti de l'oubli cette médecine douce.

Pour le Dr Halfon, la gemmothérapie représente « la phytothérapie plus active, celle du XXIe siècle ». Son efficacité aurait été démontrée par le Dr Henry lors d'injections en intraveineuses d'un colorant, le bleu de trypan, sur des rats et des lapins. La fixation du bleu de trypan dans le système réticulo-endothélial (SRE), impliqué entre autres dans la fabrication du sang et la destruction des corps étrangers, est augmentée lorsque les particules de bourgeons sont présentes dans le colorant. Les bourgeons possèdent donc une efficacité probable sur les systèmes nerveux et hormonal.

Les principaux bourgeons

  • Le cassis (Ribes nigrum), roi des bourgeons, qui soulage les douleurs articulaires et dope l’effet de tous les autres bourgeons.
  • L’airelle (Vaccinium vitis-idaea), qui lutte contre le vieillissement et qui est aussi un antispasmodique, un diurétique et un anti-inflammatoire puissant,
  • L’aubépine (Crataegus oxyacantha) dédié au cœur, le bouleau (Betula) bon pour les os,
  • Le figuier (Ficus carica) pour le système nerveux et les troubles du sommeil liés au stress,
  • Le framboisier (Rubus idaeus) efficace contre les problèmes hormonaux,
  • Le noisetier pour soutenir les poumons, le marronnier (Corylus avellana) bon pour la circulation,
  • Le noyer (Juglans regia) pour rétablir et équilibrer la flore intestinale,
  • Le romarin (Rosmarinus officinalis) pour la santé du foie et bien entendu l

Pour vous procurer ces bourgeons rendez-vous ici.

Les bourgeons adaptés aux enfants

« Le bourgeon de figuier vaut toutes les benzodiazépines du monde », assure Roger Halfon, et « sans effet d'addiction » à l'inverse des molécules de psychotropes, efficaces mais ravageuses. Un macérat-mère concentré de bourgeons de figuier aura « une action apaisante et régulatrice avec les enfants hyperactifs », illustre de son côté le docteur Jean-Michel Morel, phytothérapeute. Au rang de ses atouts, la gemmothérapie est d'ailleurs idéale pour les publics sensibles, enfants ou femmes enceintes.

Une efficacité plus globale que la plante adulte

Les bourgeons mis en éprouvette lors des analyses reproduisent la plante adulte, dont ils auront les principales caractéristiques. Mais ils ont souvent des propriétés plus globales. Ainsi, le bourgeon d’aubépine posséderait les propriétés à la fois du fruit (action sur le muscle cardiaque) et de la fleur (action sur le rythme cardiaque). Le bourgeon de tilleul combinerait quant à lui les vertus calmantes associées à la fleur de cet arbre, et les propriétés dépuratives et diurétiques de l’aubier, la partie tendre et blanchâtre qui se forme chaque année entre le bois dur et l’écorce.

De nouveaux usages se révèlent ainsi par rapport à la phytothérapie classique. « L'églantier était traditionnellement utilisé sur le plan digestif et ORL, explique le Dr Morel, mais le bourgeon est un bon anti-inflammatoire, tonique et antioxydant », donc un stimulant général du système immunitaire.

On peut malgré tout regretter l'absence de nouvelles études depuis celles du Dr Pol Henry, qui permettraient de mieux connaître l'efficacité de la gemmothérapie. Des avancées freinées par législation européenne actuelle, notablement contraignante pour les laboratoires… 

(Photo : bourgeon de figuier.)

 

Concentration

Macérat ou dilution ?

. Le macérat-mère se compare à la teinture-mère, la base des solutions phytothérapeutiques. Il est composé de trois solvants : eau, alcool et glycérine. Moins concentré que la teinture (20 plutôt que 10 pour 1), le macérat se prend habituellement dilué dans un peu d'eau à raison de 5 à 15 gouttes par jour.

. Lorsqu’en 1970, l’homéopathe Max Tétau rebaptise la phytoembryothérapie en gemmothérapie. La discipline intègre des principes de l’homéopathie. C’est pourquoi aujourd'hui la plupart des laboratoires proposent les extraits de bourgeons sous la forme 1D, inspirée de l'homéopathie, c’est-à-dire d'une solution dix fois plus diluée que le macérat original. Les bourgeons macèrent dans l’alcool et la glycérine, ce qui va à l’encontre des préceptes du Dr Henry, qui voulait que l’eau soit essentielle à l’extraction des éléments actifs. Les partisans de la recette originelle rejettent la solution 1D (dont le botaniste Philippe Andrianne). Le nombre de gouttes étant fonction de la dilution, la posologie peut aller jusqu'à une centaine par jour. Et le taux d'alcool est aussi supérieur pour les enfants ou les femmes enceintes.

 

À lire sur notre site :

L’énergie des bourgeons révélée

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité