Bio-info Toute l'information du Bio

Plus forts avec la sève de bouleau

Plus forts avec la sève de bouleau

Le début du printemps demeure la meilleure saison pour entamer une cure de sève de bouleau. C’est à cette période que l’arbre bienfaiteur vit sa montée de sève. « Le plus souvent fin mars, début avril », explique David Clément, récoltant dans les Pyrénées. La sève de bouleau se récolte en forant un petit trou dans le tronc, à faible hauteur. La sève s’écoule de l’arbre et se récupère dans une bouteille grâce à un drain en plastique (les récoltants utilisent de fins tuyaux de qualité alimentaire ou médicale). Connue en Europe depuis des siècles, cette pratique a été un peu oubliée en France. Pourtant, les bienfaits de la sève de bouleau sont largement mis en avant par les naturopathes. La sève de bouleau favorise les fonctions d’élimination, purifie l’organisme et aide à se reminéraliser.

Jus n’est pas sève

Il faut différencier la sève de bouleau d’autres produits qui résultent de l’exploitation de cette essence d’arbre. En effet, différentes décoctions peuvent être préparées à base de la feuille, du bourgeon ou de l’écorce de bouleau. On parle communément pour ces mélanges de jus de bouleau (comme celui de Weleda). À ne pas confondre, donc, avec la sève du bouleau, et notamment celle que les distributeurs qualifient de « fraîchement récoltée ». Souvent vendue dès le mois d’avril, elle se consomme pure.

Pour éviter la fermentation qui s'observe pour toute sève naturelle, les préparateurs élaborent de la sève pasteurisée. Avantage : on peut la conserver plus longtemps et la consommer également au début de l'autonme. À cet autre changement de saison, la cure de sève de bouleau permet tout autant de renforcer son métabolisme. Idéal pour éviter les virus et autres coups de froid d’un hiver rigoureux. La plupart des récoltants commercialisent ces deux types de sève.

Anti-rhumatismes

En plus de l’élimination des déchets, notamment dans le foie ou les reins, la sève, pasteurisée ou non, possède des propriétés reminéralisantes. « Elle fournit des minéraux végétalisés à l’organisme », explique Yvonne Clément, naturopathe et ex-gérante de la société Vegetal Water. On peut également opter pour la cure de sève afin de lutter contre des douleurs articulaires ou des rhumatismes. dans tous les cas, elle nettoir le foie et les reins, stimulant l'organisme, mais aussi et par conséquent la peau.

La sève de bouleau pasteurisée se vend le plus souvent en bouteille et ne requiert pas de conditions particulières de conservation. La sève fraîche, achetée au printemps au moment de la récolte, est le plus souvent conditionnée dans des poches en plastique avec robinet intégré, et doit être conservée au réfrigérateur. Température idéale ? « Entre 4 et 7 degrés », explique Claire Desvaux, naturopathe travaillant notamment pour Holiste Nature. La plupart des spécialistes conseillent de la consommer dans les 30 jours après ouverture.

D’autres distributeurs font entendre une voix différente : « En Europe de l’Est ou du Nord, où cette boisson fait partie des cultures locales, on n’hésite pas à laisser la sève évoluer naturellement (ndlr : c'est à dire fermenter) et à la boire longtemps après son extraction », note Yvonne Clément. Selon cette spécialiste qui réalise ses récoltes dans le sud du Jura, la fermentation ne fait pas perdre au breuvage ses propriétés pour l’organisme. « Le goût sucré de la sève fraîche devient juste un peu acide si on conserve plus d’un mois la boisson », ajoute Claire Desvaux. Des débats qui n’empêchent pas la sève de bouleau d’être de plus en plus consommée en France. Et à juste titre !

 

En pratique

 Comment organiser sa cure ?

 Côté récoltants, le choix de la qualité made in France est large : Fée Nature (Pyrénées), Holiste (Alpes et Jura), Vegetal Water (forêts françaises, label Bio cohérence) ou Gayral (Alpes) pour la sève fraîche, Vital Osmose (Pyrénées) pour une sève pasteurisée ou encore Ladrôme (Alpes) pour une sève fraîche additionnée de jus d'argousier. On trouve aussi des sèves déjà fermentées, qui rapellent le kéfir, ou enrichies en bourgeons. Dans le cadre d’une cure de sève et si on n’a pas la chance de pouvoir la récolter soi-même à la source, on fera l’acquisition d’un minimum de cinq litres de sève, à boire à raison d’un quart de litre par jour. Il est conseillé de boire la sève à trois moments de la journée, avant 17 heures pour les personnes qui se couchent tôt, car, à l’instar du café, la sève de bouleau est très revitalisante. M. L.-G.

 

À lire sur notre site :

Shopping : Boire à l'érable

Shopping : Sève de bouleau fermentée + bourgeons

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité