Bio-info Toute l'information du Bio

Le guarana, un stimulant qui n’excite pas

 Le guarana, un stimulant qui n’excite pas

Le guarana est la matière végétale la plus riche en caféine actuellement connue. L’étude de sa composition révèle une teneur en caféine 2 à 3 fois plus élevée que dans les meilleurs cafés, mais sans ses effets secondaires excitants. Grâce à une importante quantité de tanins et de saponinese, le guarana n'a pas d'incidence particulière sur le rythme cardiaque. Stimulant, il a la capacité de repousser les limites de la fatigue intellectuelle, nerveuse ou physique. C’est donc une plante appréciée par les sportifs, chez qui elle permet d’augmenter l’endurance et les performances.

Selon la légende, le fruit du guarana était la nourriture principale du lézard sacré, ancêtre des Amazoniens. C’est, dit-on là-bas, grâce à la puissance du guarana que ce reptile aurait pu repeupler la terre. Depuis, les Latino-Américains considèrent le guarana comme le meilleur des aphrodisiaques au monde. On l’utilise en Amazonie lors de séances chamaniques, où la force des esprits est invoquée pour guérir notamment l’impuissance, la stérilité et la frigidité.

Le guarana brûleur de graisses

Élixir de longue vie, antistress, thermorégulateur, le guarana aide à retrouver énergie, vitalité et bien-être. Il active la combustion des corps gras, permet à l’organisme de brûler plus rapidement ses graisses et active la sensation de satiété grâce à sa caféine, ce qui en fait un bon allié des régimes amincissants et des asthénies, physiques ou psychiques, accompagnant souvent les périodes de diète. 

Les vertus énergisantes du guarana en font une plante très prisée et on voit se développer une culture intensive qui met en péril les terres ancestrales des Sateré Mawé. Le projet Warana mis en place par la société française Guayapi les protège et garantit la qualité du produit. 

Un cocktail pour tenir la fête 

Mon secret d'herboriste : un cocktail au guarana 
pour garder les yeux ouverts jusqu’au bout de la nuit ! Pour deux personnes, mélanger 60 ml de cachaça (alcool brésilien de canne à sucre fermentée), 20 ml de crème de cacao, 40 ml de crème de banane, 40 ml de jus de mandarine, 40 ml de tonique au guarana et terminer par 1 trait de sirop de grenadine. 
Une boisson à consommer avec modération.


Paullinia cupana

Famille des Sapindacées

HABITAT. Plante originaire 
de l’Amazonie brésilienne.

PARTIES UTILISÉES. Graine (ressemblant à des mini-marrons ou à des yeux).

RÉCOLTE. De novembre (quand les graines commencent à arriver à maturité) à janvier.

CONTRE-INDICATIONS 
ET PRÉCAUTION D’USAGE. Le guarana est ontre-indiqué aux personnes ne supportant pas la caféine et en cas de grossesse ou d’allaitement. Aucun effet toxique lors d’une utilisation normale. Les effets secondaires (nervosité, irritabilité, tremblements, maux de tête, insomnies, dépendance psychique) n’apparaissent que si la dose journalière maximale 
recommandée pour la caféine n’est pas respectée : 400 mg de caféine, soit entre 7 et 11 g de guarana. Avis médical indispensable en cas de traitement médicamenteux. Incompatible avec l’éphédra (peut exacerber fortement les effets stimulants indésirables de la caféine).

 

La légende du guarana

Fruits de la jeunesse. C’est ainsi que les chamans amérindiens ont baptisé les graines de guarana. Une légende raconte qu’une très jolie jeune femme brésilienne prit un œil de son fils défunt et le planta dans le sol en invoquant l’esprit des arbres... Cette jeune femme pleurait son enfant en lui murmurant : « Toi, mon fils, tu seras la plus grande force de la nature, tu feras du bien à tous les vivants. »Quelques jours plus tard, elle vit une plante sortir de terre au même endroit. Le premier plant de guarana voyait le jour. Les fruits du guarana ressemblaient étrangement aux yeux de son fils. La nature avait apparemment entendu l’appel désespéré de la mère… Quand l’arbre se déploya, on dit que le fils ressuscité donna naissance à la célèbre tribu de la région, celle des Sateré Mawé. I. C. 

 

Isabelle Cornette est herboriste et naturopathe diplômée de l’Institut Robert Masson (Paris). Formatrice en herboristerie familiale, elle a conçu le jardin médicinal Herba Sana à Elsenborn, en Belgique (laboratoires Ortis). Infoswww.herba-sana.be et www.phytoacademy.org

 

 

À lire sur notre site : 

Conseils de chefs : cuisiner les plante amazoniennes

Le Warana, histoire d’un sauvetage chez les Indiens Sateré Mawé

La griffe de chat, puissant stimulant du système immunitaire

Aux origines du cacao, la légende des Aztèques

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité