Le bio continue de gagner du terrain

PUBLIÉ LE 15 octobre 2018
 

Les chiffres du bio 2017 confortent l'ascension du secteur. La valeur des ventes, les surfaces agricoles, le nombre de producteurs et de distributeurs ne cessent d'augmenter. Fait notable : pour la première fois, la croissance des ventes bio en grandes et moyennes surfaces est supérieure à celle des magasins spécialisés.

Le marché des produits bio continue de s'élargir : en 2017 il pesait 8,3 milliards d'euros, soit deux fois plus qu'en 2012 et 17% de plus qu'en 2016. Les surfaces cultivées en bio (dont celles en conversion) atteignent désormais les 1,77 million d'hectares, soit 6,5% de la surface agricole utile française (5,8% en 2016). C'est certes moins que l'objectif  du précédent plan Ambition Bio, visant les 8% de SAU en 2017 et dont la dernière mouture vise désormais les 15% en 2022. Mais la dynamique du secteur se poursuit, inexorablement.

36 664 fermes sont en bio en 2017, soit 13,6% de plus qu'en 2016. Toutes les filières ont vu leurs surfaces cultivées en bio progresser. Les plus dynamiques: les légumes frais, surtout dans la moitié Sud mais aussi en Bretagne (+17% par rapport à 2016), les fruits dans la moitié Sud et en Normandie (+15%) et les plantes à parfum, aromatiques et médicinales (+14%). Les surfaces en conversion ont notablement augmenté en viticulture, notamment en Occitanie, Nouvelle Aquitaine, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Grand Est (+45% de surfaces en conversion vs 2016). Pour 2019, l'Agence bio s'attend à une augmentation de 40% des surfaces certifiées.

Traiteur, jus de fruits et épicerie en progression

Dans toutes les régions sauf en Bretagne, on observe pour les surfaces bio une croissance à deux chiffres. Par ailleurs, les régions qui étaient historiquement peu cultivées en bio ont vu leur nombre de fermes  progresser de plus de 20% en 2017 : c'est l'Outre-mer, l'Ile-de-France, la Corse et les Hauts-de-France. C'est en Occitanie que les surfaces conduites en bio demeurent les plus grandes : 403 921 ha, contre 232 103 en Auvergne-Rhône-Alpes et 137 023 en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La consommation de produits bio continue d'augmenter, représentant 4,4% du marché alimentaire à domicile en 2017 contre 3,8% en 2016 (Agence bio/Insee 2017). Les oeufs, le lait et les fruits et légumes frais restent les plus consommés en version bio (30%, 12% et 7% respectivement). Cependant les ventes progressent vigoureusement pour les produits traiteur (+34%), les jus de fruits (+23%) et l'épicerie (+22% en salé et +17% en sucré).

Cette croissance s'explique par "la meilleure diffusion des produits bio : meilleure présence dans les commerces de proximité, drive, élargissement des gammes dans les hyper et supermarchés et de nombreuses ouvertures de magasins spécialisés", souligne l'Agence bio.

Les ventes en GMS s'épanouissent

En effet 2017 est marquée par une croissance de 16% des entreprises de l'aval, une augmentation qui "ne s'était pas produite depuis 2011". En bio, la France compte désormais 12 238 transformateurs (+15,5% vs 2016) et 4 752 distributeurs (+18% vs 2016). Ces transformateurs et distributeurs se trouvent essentiellement en Auvergne-Rhône-Alpes (2398 opérateurs), Occitanie (2157 opérateurs), Ile-de-France (2135 opérateurs), Nouvelle-Aquitaine (1909 opérateurs) et Provence-Alpes-Côte d'Azur (1727 opérateurs). Mais c'est en Ile-de-France que l'on observe la plus forte dynamique d'engagement : on y compte 30% d'opérateurs aval en plus qu'en 2016. Une tendance qui s'explique par la forte densité francilienne.

Avec l'élargissement de ses gammes bio, la grande et moyenne distribution tire particulièrement son épingle du jeu : ses ventes ont augmenté de 20,9%  en 2017 (via notamment le commerce de proximité et le drive). C'est plus que les magasins spécialisés (+14,3% vs +25% en 2016), les artisans (+18,5%) ou encore la vente directe (+15%). La part de marché bio des GMS est désormais de 46%.

Le déploiement de l'offre bio est porté par une demande toujours croissante des consommateurs en produits bons pour la santé et l'environnement. Demande qui n'est pas près de flancher. D'après le sondage Agence bio/CSA de janvier 2018, 85% des Français estiment important de développer l'agriculture bio, et 26% des consommateurs ont l'intention d'augmenter la part de bio dans leur alimentation. Surtout, le bio continue d'attirer de nouveaux adeptes : 73% des Français consomment bio au moins une fois par mois - contre 65% en 2015 - et 16% tous les jours.

En chiffres :

1,77 million d'hectares en bio soit 6,5% de la SAU.

134 500 emplois directs équivalent temps plein  (soit 16 500 de plus qu'en 2016)

36 691 producteurs, soit +14,7% vs 2016 (soit +40% par ra pport à 2011).

8,3% des exploitations françaises sont engagées dans la bio.

17 276 opérateurs à l'aval en 2017 (+16% vs 2016).

Ventes. La vente de produits bio a bondi de 20,9% dans les GMS (contre 18% en 2016) et de 14,3% dans les magasins spécialisés (vs 25% en 2016).

Source: Agence bio

Diana Semaska