Stress au travail : comment gérer cette souffrance professionnelle ?

PUBLIÉ LE 04 février 2015
 

QUOTIDIEN - Selon une enquête, le stress arrive en troisième position des problèmes de santé sur le lieu de travail. Un fléau pour les salariés comme pour les entreprises, qui commencent à prendre en compte cette pathologie aux effets parfois ravageurs. Il existe pourtant des méthodes douces pour y remédier, autant que faire se peut.

Parfois mal vus par les entreprises, les stages de gestion du stress permettent en premier lieu aux participants de prendre conscience de leurs tensions. Il s’agit ensuite d’en cerner les sources puis d’envisager les remèdes. «Travailler sur son stress» est normal, explique Martine Kamoun, formatrice en gestion du stress et efficacité professionnelle depuis une vingtaine d’années. «Quelqu’un qui s’adapterait totalement à la société actuelle serait malade.»

Elle connaît bien la longue série des stress professionnels : ce sont les bureaux en open space mal conçus (une véritable souffrance), les surcharges de travail, les pressions d’objectifs et les échéances, les craintes de perte d’emploi, le fait de subir les choses, la sensation d’être un pion, une perception plus élevée de l’incertitude, les temps de transports ou encore l’addiction aux connexions électroniques… Comment mieux résister aux stress professionnels en général? «C’est la régularité qui va compter», affirme la formatrice, qui préconise une alimentation plus adaptée, celle qui favorise l’énergie longue, évite les inflammations et nourrit réellement, notamment à l’égard des éléments que le stress brûle ou n’assimile pas.

Faire la sieste… et rire !

Le sommeil, période parasympathique par excellence, est un second point capital. Or sa qualité dépend aussi de la préparation au sommeil: éviter des lumières intenses et les écrans avant la nuit, de même que les conflits en soirée… Au cours de la journée, la sieste est un moment antistress efficace (elle ne doit pas dépasser 30 minutes). Le simple fait de ralentir, de respirer plus profondément, de sentir le temps du présent, de fermer les yeux, détend immédiatement. Alice Pouilloux, formatrice en gestion du stress et développement personnel, recommande à ses stagiaires l’exercice suivant: fermer les yeux, imaginer une horloge, effacer un à un les chiffres des heures, lentement et dans le sens inverse de l’aiguille, pour arriver à un écran vierge.

De manière plus stratégique, les responsables des ressources humaines devraient s’aviser que placer dans une équipe une personne naturellement en mode parasympathique peut être équilibrant pour le groupe. De même, si le rire est très souvent recommandé pour faire fuir les effets négatifs du stress, les offres d’emploi «d’humoriste d’entreprise» ne figurent pas parmi les plus courantes… En d’autres temps, les rois avaient leurs bouffons autour d’eux. Pourquoi les grandes entreprises n’auraient-elles pas les leurs

 

> Voir aussi

Stress : retrouver son équilibre grâce à l’alimentation

Le cresson de fontaine, une salade menacée par l’agriculture intensive

Edouard Ballot