Sport : se dépasser au naturel

PUBLIÉ LE 22 septembre 2016
 

PERFORMANCE. Si ce n’est aux corticoïdes, stéroïdes anabolisants, amphétaminiques ou EPO, peut-être avez-vous déjà eu recours à des boissons énergisantes, des compléments alimentaires « stimulants », dopants ? Gagner en vitalité et même embellir vos performances sportives peut pourtant rester très sain.

Pour le docteur Gérard Guillaume, médecin du sport et expert auprès de l’Agence française de lutte contre le dopage (AFLD), accroître son bien-être, maintenir ses performances, voire même les améliorer, concerne l’hygiène de vie (manger sain, éviter les sucres, le tabagisme, etc.) avant toute autre chose. Il s’agit aussi de miser sur une activité physique pas forcément soutenue mais plutôt régulière. Enfin, lutter contre le stress (supplémentation en aspartate de magnésium), ainsi que le stress oxydatif (prise d’antioxydants comme les vitamines A, C, E, les polyphénols, le bêtacarotène, le sélénium, etc.) se révèle indispensable.

Cure d’oxygène

Nos performances peuvent être accrues par l’oxygénation. C’est en tout cas ce que propose Frédérique Laurent, naturopathe et première Française à avoir remporté le Marathon des Glaces en 2014. « Avec l’âge, notre capacité d’absorption de l’oxygène diminue. Et le stress, la qualité de l’air respirée, la pollution intérieure et la pollution par ingestion (médicaments, pesticides, conservateurs, etc.) nous carencent ; on parle d’hypoxie. » Pour gagner en énergie, la marathonienne utilise le bol d’air Jacquier. Résultats : élimination des toxines, vitalité et récupération améliorées, maintien d’un taux d’oxygénation idéal. L’appareil dégage aussi les voies respiratoires grâce à l’huile essentielle de térébenthine, selon le coach et sportif de haut niveau Jean-Baptiste Chartier, qui en bénéficie depuis plusieurs mois.

Thérapie marine

 Un autre exemple nous est donné par Rafael Nadal. Le tennisman s’hydrate à chaque fin de set avec… de l’eau de mer ! Elle contient jusqu’à 78 éléments restés biodisponibles lorsque l’eau est microfiltrée à froid. Lors de la pratique sportive, nous perdons justement de nombreux minéraux ; l’eau de Quinton, prélevée à 30 m de profondeur dans le Golf de Gascogne, permet de refaire le stock, éviter les crampes, retarder l’apparition de la fatigue et améliorer sa résistance. Le docteur Guillaume conseille : « Pour un total de 500 ml, mettez la moitié de Saint-Yorre pour l’apport de bicarbonate, la moitié de jus de raisin pour les vitamines et la réserve de glycogène. Ajoutez 2 ampoules d’eau de Quinton hypertonic et buvez après l’effort ! »

(Photo ©OSTILL/ Istock).

 

À lire sur notre site :

Eau de mer : c'est avec Quinton qu'on trinque

La thérapie marine : de René Quinton à aujourd'hui
 


 

 

 



Émilie Drugeon