Bio-info Toute l'information du Bio

Un bazar infini

Un bazar infini

Bientôt l’été ! Avez-vous bien fait votre nettoyage de printemps ? Rangé votre chambre, trié vos vêtements, fait votre cure de sève de bouleau ? Avez-vous vraiment tout, tout rangé ?

 

Je me demande si avancer en âge, ce n’est pas un peu se désencombrer, à l’instar de ce qu’on fait chaque printemps. S’alléger de plus en plus au fur et à mesure qu’on se rend compte que les quêtes matérielles ne mènent pas au bonheur qu’on en attendait. S’alléger aussi du mental, des pensées qui tournent en rond, des sentiments qui n’apportent pas la sérénité.

Mais revenons à notre bazar domestique. Si encore nous vivions entourés d’objets de qualité, à garder dans l’idée de les transmettre un jour, à l’image du linge de maison d’antan, dont on trouve encore des pièces en parfait état ? Mais non, aujourd’hui on vit avec un tel merdier de choses éphémères, inutiles, que le désencombrement est devenu une vertu à double titre. La vertu à laquelle appellent les sages de tous les temps, mais aussi la vertu propre à notre temps.  Celui de l’objet sans qualité.

Attaquer par du concret

« Sobriété joyeuse… […] Refusons ces bibeloteries qui envahissent nos vies actives, encombrent la pensée et enlaidissent l’espace. Bon, beau, vrai… Tels sont les principes de la vertu qui devient une esthétique », aurait dit l’écrivain et aventurier Sylvain Tesson, cité en exergue de l’ouvrage de la spécialiste du bazardage Dominique Loreau, « 99 objets nécessaires et suffisants » (2011). De nombreux autres livres anti-foutoir sont parus depuis dix ans pour nous réapprendre l‘art de la simplicité. Dans l’un d’eux, « Se désencombrer de l’inutile » (2008), la psychothérapeute Rosette Poletti en fait elle aussi une vertu : « Lorsque l’on opère un tri, on s’interroge naturellement sur ce qui est essentiel, important, superflu ou inutile. Attaquer par du concret est simple et fructueux. On amorce une prise de conscience qui permettra de modifier son comportement de consommateur patenté. »

Comme un exemple qui tombe à pic, un communiqué de presse vient nous annoncer la sortie du premier cosmétique qui « permet au sexe masculin de retrouver souplesse et douceur ». Le préserver des rides ? Au consommateur d’aujourd’hui, il ne sera rien épargné ! Et cet autre encore : un produit de la marque Liebig qui s’invite à la Fête des voisins, comme un « partenaire » inutile dans une fête qui célébrait l’échange, la solidarité gratuite, la chaleur du privé…

Une détox numérique, c'est pour quand ?

Mais voilà, même quand on ne tombe pas dans les pièges à cons d’un marketing désolé, qu’on boycotte le fourbi plastifié des magasins, qu’on vit dans un intérieur en ordre et qu’on ne cuisine que des choses simples, on se sent toujours envahi… Car il y en a un qui déborde encore. Plus qu’une penderie Ikea qui vomit des hauts Zara en synthétique. Qui obsède. Plus qu’une to do list collée en évidence sur un frigidaire. Il déborde d’informations, de courriers plus ou moins valables en attente d’une réponse, d’e-factures qui menacent de tomber dans l’oubli, écrasées par une longue liste de mails qu’on n’aura pas le temps de lire, de photos ratées, de dossiers qui s’empilent… D’une vie qui se vit au-delà de nous. J’ai nommé l’ordinateur.

Et son petit frère le smartphone, sans oublier le petit dernier, la tablette. Et la petite sœur, avec qui on remet ça : la dernière montre d’Apple… À la veille de l’été, c’est avéré, la « detox numérique », objet de récents documentaires, ouvrages et études scientifiques  est bien la grande prise de conscience de l’année 2015. Les prémisses d’une volonté de ralentir et de faire le tri, là aussi. Et là, il va nous en falloir, des manuels pour venir à bout de ce bric-à-brac semi-matériel… Comment trier ses mails, ne garder que l’utile, protéger sa vie de l’invasion générale ? C’est moins sexy et moins directement gratifiant qu’une séance de rangement. Mais c’est un beau défi pour l’avenir.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité