Bio-info Toute l'information du Bio

Les micro-algues contre les métaux lourds ? L'avis du naturopathe

Les micro-algues contre les métaux lourds ? L'avis du naturopathe

Nous le savons, nous sommes tous intoxiqués aux métaux lourds. Certes, à des degrés différents, mais cela peut perturber grandement nos systèmes immunitaire et endocrinien, avec les graves conséquences qui peuvent, dans certains cas, s’y rattacher. Nous sommes donc avides de pouvoir capter et éliminer ces substances nocives... C’est ainsi que l’on a avancé un peu facilement que certaines micro-algues, notamment la klamath, pouvait nous aider à piéger (chélation) puis éliminer ces métaux.

Des chercheurs, notamment le professeur Vadiraja en 1998, ont avancé que cette chélation était due à la chlorophylle et à la phycocyanine contenues dans certaines algues.

Un test jamais réalisé

Mais la question que je pose est la suivante : après ingestion de cette algue sous forme de gélules (entre 5 à 12 gélules par jour ) ou de poudre (entre 1 et 3 cuillères à café par jour), a-t-on recherché la présence de ces métaux lourds (certes modifiés par la chélation et autres facteurs) dans les excrétions corporelles telles que les urines, les matières fécales, la transpiration ou encore l’expiration ? Car rappelons-le, pour qu’un produit soit éliminé de notre organisme, il ne le peut que par l’intermédiaire de nos cinq émonctoires (peau, poumons, reins, foie et vésicule biliaire avec les intestins).

Cette recherche simple, logique et de bon sens, à ma connaissance, n’a jamais été entreprise par un quelconque laboratoire. Pour des raisons budgétaires, peut-être, voire commerciales. Cette reconnaissance clinique de l’efficacité des algues dans l'élimination des métaux lourds pourrait servir également à la concurrence, et cela sans qu’elle ait à débourser un euro...

Pas de raison de se priver d'elles pour autant

Toutes ces algues, klamath, spiruline et chlorelle restent des super-aliments à introduire régulièrement dans notre alimentation quotidienne compte tenu de leurs compositions en éléments vitaux pour notre santé et notre vitalité. Mais restons prudents, donc, sur leur pouvoir détoxifiant des métaux lourds, capacité qui n’a jamais été démontrée cliniquement, répétons-le.

 

Avenir

Le test à faire

Il suffirait d'évaluer la présence de métaux lourds dans l'organisme (comme le font certains laboratoires) avant une cure d’algues puis d’analyser après plusieurs jours de consommation les urines, les matières fécales, la transpiration et les gaz d’expiration des sujets volontaires. Ainsi pourrait-on constater cliniquement si l’on retrouve des traces de métaux lourds, certes transformés mais en présence. Cela corroborerait de façon non discutable le pouvoir anti-métaux lourds des algues, car on ne peut éliminer des déchets ou autres éléments néfastes pour notre santé que par nos émonctoires. C. B.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité