Bio-info Toute l'information du Bio

À l’inutilité, déclarons la guerre

Qu'est-ce que l'innovation? Chaque semaine, les communiqués de presse qui envahissent la boîte mail de tout journaliste permettent de se faire une idée. À côté de nombreuses inventions utiles, on trouve aussi une foule de gadgets inutiles, vendus comme des trouvailles censées nous faire gagner du temps, améliorer notre quotidien et notre état de santé. Petit florilège de ces objets qui ne devraient pas exister.

Formes à enfiler pour poser son vernis à ongles sans débord (bavures assurées, sachant qu’évidemment vos ongles n’ont pas la forme des formes). Flacon de parfum pendentif. Oreiller aux microbilles d’aloé véra censées renforcer vos défenses immunitaires pendant la nuit. Sèche-ongles électrique qui se « glisse facilement dans une valise » (comme si ce n’était pas déjà assez difficile d’y faire rentrer l’indispensable superflu !). Aspirateur anti-allergènes, slip anti-odeurs, parapluie pour chiens et couettes à manches (pour lire au chaud) rivalisent sans ironie avec le célèbre inventaire de la « Complainte du progrès » (« mon frigidaaaire, mon armoire à cuillèèère...»).

Nostalgie des années cinquante. Quand Boris Vian chante les draps qui chauffent, le repasse-limaces, le ratatine-ordures, l’écorche-poulet et le pistolet à gaufres, il est un des premiers à s’inquiéter de l’avènement de la société de consommation. Les publicitaires deviennent des romanciers. Ils racontent l’histoire des pantoufles Semelflex qui «absorbent la fatigue».Aujourd’hui,je lis toujours dans un communiqué–celle du Kleenex « imprégné » (carrément !) de calendula : il évite au nez de s’irriter et limite les rougeurs dues à votre rhume des foins...
Tous ces objets, avec une mention spéciale pour les « coups de cœur » des émission de télé-achat, me paraissent tellement inutiles que j’ai du mal à comprendre qu’en plus de 60 ans, nous n’ayons pas réussi à repousser leur invasion. D’autant plus que ces attrape-consommateurs se retrouvent toujours très vite à la poubelle. Prenons l'exemple d'un coupe-oeuf, pour faire de belles lamelles, et d'une brosse à vitres qui ne servirait qu'à votre pare-brise. On se retrouve vite à utiliser un bon vieux couteau (avec un On se retrouve vite à utiliser un bon vieux couteau (avec un peu d’adresse et le sens de l’art !) et, pour faire briller sa voiture, un bon vieux chiffon. L’objet qui
nous a séduit pour sa nouveauté devient encombrant. Ennemis de la simplicité, ces presse-banane et autre chauffe-savate sont souvent aussi énergivores et gourmands en matières plastiques. C’est autant de déchets dont nos décharges auraient pu nous’alléger.


Heureusement,l’industrie alimentaire, tout aussi concernée par l’inutilité, a du souci à se faire : pas une semaine où l’on ne trouve dans la presse une déclaration de guerre à ses délirantes inventions. Parce que ces gadgets alimentaires causent des dégâts directs sur notre santé. Boulettes Charal, fromage en bâtonnets pour les enfants, Knacky Ball... À l’occasion de la diffusion du web-documentaire « Nestlé, un empire dans mon assiette » (un empire de 8 000 marques !), le journal Le Monde a questionné ses lecteurs sur leur rapport à l’industrie agroalimentaire. Les témoignages reçus inspirent cette conclusion au quotidien : «Vous ne faites pas confiance aux grandes marques,mues, à votre sens,par la recherche de profits de court terme au détriment de la santé et de l’environnement et qui, pour cela, cherchent à vous duper. C’est pourquoi vous tentez au maximum de privilégier les produits du marché [...] et les circuits courts.» Si cela pouvait ne pas concerner que les lecteurs du Monde... !

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité