Bio-info Toute l'information du Bio

Plus belle la nuit avec bébé : le cododo en questions

Plus belle la nuit avec bébé : le cododo en questions

Tout le monde ou presque l’a pratiqué, au moins de temps en temps. Pourtant, le cododo, autrement dit dormir avec son bébé, reste très mal perçu. Dans son cabinet, la pédiatre parisienne Edwige Antier rassure : « Au moins les deux tiers des peuples de la planète pratiquent le cododo. En Occident, les Suédois, les Allemands et les Américains trouvent des astuces pour que cododo rime avec sécurité du bébé ». Alors, pourquoi tant de culpabilité dans l’Hexagone ? « Les parents français sont pleins de principes, qu’ils appliquent de façon trop carrée, comme les jardins à la française ! Or il faut faire preuve de discernement selon les besoins et le développement de l’enfant », explique le docteur.

Gagnant-gagnant

Dès la sortie de la maternité, la chambre de bébé est prête à accueillir le nouveau-né. « Les parents rêvent de nuits tranquilles ! Mais le nourrisson est un être dépendant. Les six premiers mois, il a besoin de partager la chambre de ses parents, car sa respiration est immature. Ses rythmes cardio-respiratoires sont stimulés par la présence humaine. Des études ont montré qu’il est dangereux de laisser un nourrisson seul dans une chambre », précise la pédiatre. Le cododo est en outre un précieux allié pour les mamans qui allaitent : « La tétée entraîne la sécrétion de prolactine, une hormone qui ensuque la mère. Il est plus confortable d’allaiter allongée dans son lit. C’est une pratique qui favorise la réussite de l’allaitement. »

 Quid de la sécurité de l’enfant ? Tout dépend de la façon dont le cododo est pratiqué. Risque d'étouffement, de chuter du lit, d’être victime d’hyperthermie… Pour bébé, partager le lit de ses parents n’est pas sans danger. « La meilleure solution est d’opter pour un berceau en ''side-car'' », conseille la spécialiste. Dépourvus de barreaux sur un côté, ces modèles se fixent au lit des parents.

Comment sevrer bébé

La difficulté du sevrage est un argument brandi par les détracteurs du cododo. « À partir de six mois, l’enfant commence à mieux faire ses nuits. Il peut alors intégrer sa chambre. Mais jusqu’à trois ans, il lui arrive d’avoir des troubles du sommeil et de réclamer le lit de ses parents, c’est tout à fait normal ! », affirme le Dr Antier. Pour gérer la transition, elle conseille d’installer un lit d’appoint dans la chambre de l’enfant, dans lequel le parent peut s’allonger le temps que son petit s’endorme : « S’il se réveille la nuit, il ne faut pas le culpabiliser, mais au contraire l’apaiser. Je ne vois pas de mal à ce que, de temps en temps, quand l’enfant est malade ou a des petites angoisses, ses parents acceptent de dormir avec lui. » Une souplesse qui ne nuit pas au développement psychique de l'enfant tant que, « en grandissant, entre deux et trois ans, il investit sa chambre, et que le sommeil partagé avec les parents reste ponctuel ».

(Photo : Les berceaux en side-car, ici celui de la marque Aladin de Geuther, permettent de pratiquer le cododo en toute sécurité.)


Livre

Éduquer à la française

La voix d’Edwige Antier ne vous est peut-être pas inconnue. La pédiatre fut longtemps chroniqueuse sur les ondes de Radio France. En tant que députée de 2009 à 2012, elle a défendu une proposition de loi visant à abolir les châtiments corporels infligés aux enfants. Elle a publié en septembre 2014 « Sois poli, dis merci. L’éducation à la française : tout un art » (éd. Robert Laffont). Dans cet abécédaire, elle traite les sujets chers aux parents, de l'allaitement au « zizi » en passant par la fessée et le cododo. Pour chaque item, elle compare la méthode des Français à celles d’autres pays et distille son conseil. Une ouverture au monde enrichissante.

 

À lire sur notre site :

Le co-sleeping et les Français : faut-il dire oui au nuits avec bébé?

La chambre de bébé selon 
la pédagogie Montessori

La tétine, pour ou contre ?

Pour se réconcilier avec Morphée

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité