Bio-info Toute l'information du Bio

Amour, relation : prendre le temps de la rencontre

Amour, relation : prendre le temps de la rencontre

Meetic, speed dating, pasta party, Facebook et même Twitter… Aujourd’hui, nombreux sont les outils à accompagner notre quête de l’âme sœur. S’il arrive que de belles histoires naissent au détour du clavier ou d’un rendez-vous planifié, force est de constater que ces techniques contemporaines laissent beaucoup d’aspirants à l’amour sur leur faim, voire carrément sur le carreau.

«Sans généraliser, il est encore plus complexe, de nos jours, de se rencontrer, observe Isabelle Desprechins, life coach en Belgique. Les réseaux sociaux, par exemple, faussent d’entrée le jeu. Axés sur l’image que l’on donne de sa personne, ils mènent à une objectivation de soi, de l’autre. À notre corps défendant, on devient un produit de consommation. Cette immédiateté et cette course à la consommation s’avèrent assez éloignées de l’engagement nécessaire pour construire une relation.» Entre soif d’autonomie et désir de fusion, nous voulons être aimés pour ce que nous sommes, mais nous mettons en scène un spectacle de nous-mêmes, parfois très éloigné de la réalité.

 

Avant l’amour, c’est déjà l’amour

Pris dans les filets postmodernes de la performance, les partenaires ne prennent bien souvent plus le temps de la (vraie) rencontre. La sociologue Éva Illouz pointe l’inversion de l’ordre chronologique de constitution des couples: «Il fallait autrefois vivre l’amour avant d’accéder au sexe, il faut aujourd’hui d’abord vivre la sexualité pour pouvoir accéder à une liaison sentimentale». Si une histoire sexuelle peut être très bien vécue et assumée comme telle, les choses se compliquent quand, pour l’un des partenaires, entrent en jeu l’affectif et les attentes émotionnelles.

Ces dernières années, le couple a tellement changé que nous ne savons plus déchiffrer les comportements et les intentions de l’autre, ni décrypter dans quel type de relation nous nous embarquons… D’autant que nous voudrions que l’amour nous tombe dessus et nous emporte comme une vague, une évidence. Surviennent alors la moindre contrariété, la plus infime hésitation, la plus minime dissension dans la relation naissante… et c’est la reculade assurée. D’où cette tendance actuelle à accumuler les histoires, bien souvent avortées avant même qu’elles aient pu déployer leur potentiel. «Mais l’amour n’est pas une révélation intangible et stable. Ce n’est pas du tout comme cela que les sentiments nous travaillent! Ils sont confus, ambivalents», explique Isabelle Desprechins.

 

Mieux se connaître pour mieux rencontrer

Alors quel serait le secret pour vraiment rencontrer l’autre? D’abord… se rencontrer soi! «Peu importent les moyens, classiques ou contemporains, que l’on utilise pour entrer en lien, mais pour vivre au mieux la complexité de l’amour, la connaissance de soi est fondamentale: qui suis-je, quelles sont mes attentes, mes valeurs, mes schémas récurrents?» Pour autant, connaître ce qui nous est essentiel ne veut pas dire, forcément, fermer la porte à la différence. Si l’on ne partage pas les mêmes goûts, les mêmes valeurs, il est possible de vivre une relation épanouie, dans la mesure où l’on connaît ces critères et que l’on est prêts, l’un comme l’autre, à les accepter, à les respecter. «Si tu diffères de moi, loin de me léser, tu m’enrichis», affirmait Saint-Exupéry. N’est-ce pas ça, l’amour?

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité