Bio-info Toute l'information du Bio

L’équilibre acide-base selon Hildegarde

L’équilibre acide-base selon Hildegarde

Plus la médecine se penche sur les œuvres d’Hildegarde de Bingen, plus leur aspect visionnaire se confirme. Apôtre des « merveilles du Seigneur », cette abbesse allemande du XIIe siècle avait vu juste sur de nombreux points de l’alimentation humaine et défendu, en ce temps lointain déjà, la nécessité de préserver l’environnement dans lequel nous vivons. Ses « aliments de la joie » ne sont ainsi rien d’autre que ceux que la naturopathie moderne recommande pour basifier nos organismes, acidifiés à l’excès par l’alimentation industrielle, les polluants et le stress.

Dans sa vision globale de la santé humaine, liée comme dans toute médecine holistique au psychisme et à la vie spirituelle, Hildegarde décrit l’acidité comme corrélée aux émotions négatives que sont la tristesse et la colère.
« Lorsque l’âme de l’homme a senti quelque chose de nocif pour elle ou pour son corps, le cœur, le foie et les vaisseaux sanguins se contractent. Il s’élève comme un nuage qui assombrit le cœur, de sorte que l’homme devient triste », la tristesse « produit une chaude fumée dans toutes les humeurs autour de la bile et de l’acidité biliaire se produit silencieusement la colère », décrit-elle dans « Les causes et les remèdes » (éd. Jérôme Millon, 2007). Inversement, toute surcharge de nourriture encrasse l’organisme et produit de la tristesse. Pour la sainte, la joie est dans la sobriété et la pureté de l’âme dans la pureté des aliments ! Excès de « bile noire » et « humeurs douces » évoquent sous sa plume deux états de santé qui s’opposent, l’un fait de carence et de surcharges, de déséquilibres, l’autre d’un équilibre que procurent ses fameux aliments de la joie, mais aussi certaines pierres précieuses et une vie spirituelle profonde.

Le corps et l’esprit

Temple de l’esprit saint dans la tradition chrétienne, le corps est l’un des piliers de la « santé totale » chère à Hildegarde de Bingen, avec l’esprit, l’âme, et l’environnement. Naturopathe et croyant, Daniel Maurin est l’auteur des«Secrets de santé et bien-être de sainte Hildegarde de Bingen» publiés l’an dernier par les éditions Jouvence. Une belle porte d’entrée dans l’univers de cette sainte, proclamée docteur de l’Église en septembre 2012.

 

Délaissée pendant près de huit siècles, la science d’Hildegarde de Bingen, très proche de la médecine chinoise, a été réétudiée et vulgarisée à partir des années 1950 par deux Allemands, le docteur Hertzka et le docteur Strehlow, auteur de nombreux ouvrages spécialisés.

« L’acidité est la grande préoccupation de sainte Hildegarde car elle génère le terrain inflammatoire propice à toutes les maladies graves ; les aliments de la joie qu’elle préconise de consommer le plus régulièrement possible – fenouil, petit épeautre *, châtaigne, coing, amandes et les épices que sont la cannelle, la noix de muscade et le clou de girofle – sont tous des aliments qui basifient l’organisme, ils sont par ailleurs riches en vitamine B12 et en magnésium », confirme Hélène du Pontavice, naturopathe formée au CENATHO, spécialisée dans l’alimentation de sainte Hildegarde.

« Très basifiant, le fenouil est un des aliments les plus recommandés par Hildegarde de Bingen, qui le conseille aussi sous forme de tisane à boire tout au long de la journée. C’est le premier remède à adopter contre les douleurs articulaires et les maladies en -ite, arthrite, tendinite, colite…, qui procèdent toutes d’une acidité trop importante », souligne Hélène du Pontavice. Auteur de nombreuses recettes de cuisine, Hildegarde utilise également, notamment contre l’arthrite et les rhumatismes, le vinaigre de cidre, un régulateur alcalino-acide dont les propriétés sont démontrées aujourd’hui. Tout ce qui est basifiant n’est pas pour autant bon à prendre selon la sainte. Ainsi de la pomme de terre, « une solanacée qu’elle range parmi les aliments excitants ». La pomme de terre… une inconnue en Europe à l’époque ! « Hildegarde a été directement inspirée du Seigneur, comme elle s’en explique dans ses écrits », relève Hélène du Pontavice. « Dans sa thérapie alimentaire chaque aliment est plus ou moins conseillé, selon l’état de santé de la personne, ainsi elle recommande les céréales aux bien portants, mais pas aux malades », précise la naturopathe qui souligne un autre aspect pris en compte de manière étonnante dans les écrits de l’abbesse : « Hildegarde parle des produits de conservation que l’on mettra dans des aliments cueillis verts afin de leur permettre de voyager. » Mangue, avocat, banane… ne figurent pas dans les aliments de la joie bien que peu ou pas acides.
« Hildegarde conseille de se nourrir près de chez soi, à moins de 50 kilomètres ! » Locavore avant l’heure… 

La sobriété contre l’acidité

La méthode de jeûne d’Hildegarde consiste plus en une diète revitalisante et désencrassante qu’en une privation intégrale de nourriture. Elle se pratique pendant une durée de quelques jours à trois semaines. Au cœur de ce régime, une soupe à boire le midi, à base de grand épeautre non hybridé (sous forme de flocons ou de grains) auquel on ajoute des légumes qui peuvent varier : carottes, courges, betteraves, navets, fenouil…

Cette « soupe du jeûneur » est à assaisonner de trois condiments : serpolet, anthémis et galanga, une plante utilisée en médecine chinoise, entre autres contre les troubles digestifs. Le soir et le matin, on boit des tisanes et des jus de fruits et légumes.

 

* Ndlr : certains naturopathes familiers d’Hildegarde conseillent de remplacer l’épeautre, céréale phare de son régime, par du petit épeautre, une céréale ancienne non hybridée. Une polémique existe à ce sujet car le petit épeautre, qui malgré son nom n’a rien à voir avec le grand épeautre (proche du blé), est absent des écrits d’Hildegarde de Bingen.

 

À lire 

« L’art de guérir par l’alimentation selon Hildegarde de Bingen »,
du Dr Wighard Strehlow, éd. F.-X. de Guibert, 2007, 30,50 €. 

Thérapeutes spécialisés

• Dans le Var : Hélène du Pontavice, 06 60 37 98 60.
• En Bretagne : Institut Hildegardien, www.institut-hildegardien.com
• En Champagne : La Maison de sainte Hildegarde, www.saintehildegarde.com


Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité