Bio-info Toute l'information du Bio

Exposition des agriculteurs aux pesticides : un rapport qui fait peur ?

Exposition des agriculteurs aux pesticides : un rapport qui fait peur ?

« En 2011, l'Anses - Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail - s’était autosaisie afin d’identifier, évaluer et caractériser les expositions des travailleurs agricoles aux pesticides, ceci en vue de proposer des actions permettant de les réduire. Le rapport et l’avis sont non seulement finalisés, mais ont été présentés aux ministères de tutelle en avril 2016. Et pourtant.

Quatre reports depuis octobre 2015

Repoussé aux calendes grecques ? Cela fait maintenant 9 mois que ce rapport aurait dû être présenté aux différentes parties prenantes. Sa diffusion était prévue en octobre, puis en janvier, et finalement le 1er juin pour être encore repoussée au 22 juin. Pour quelles raisons ? Ces dernières ne nous ont pas été précisées mais il semble que la tension serait palpable à l’approche de la divulgation de ce rapport. Et ce n’est qu’aujourd’hui, veille de la restitution de ces travaux que l'on apprend… son nouveau report, à une date indéterminée !

Des motifs invoqués bien obscurs

À l’origine du report, une « note de commentaires portant sur certains points du rapport principal transmise il y a quelques jours à l’Agence par des experts du Groupe de travail. » Il est pour le moins difficile de croire qu’un rapport qui a nécessité de très nombreux experts qualifiés et quatre années de travail intenses fasse l’objet de commentaires si tardifs, qui plus est après présentation aux institutions, et que cela entraîne un énième report.

Deux explications s’offrent alors à nous :

  • Soit ce rapport contient des données très sensibles que les pouvoirs publics ne veulent pas mettre entre les mains des parties prenantes (ONG environnementales, associations de victimes ou de médecins)
  • Soit ce rapport n’est pas suffisamment solide, et a été rédigé sans tenir compte des points de vue variés, et n’est alors pas digne d’être diffusé en l’état …

Si nous doutons fortement que la seconde hypothèse soit juste, nous commençons à nous interroger sérieusement sur la première ! C’est pourquoi les organisations signataires de ce communiqué interpellent ce jour la Direction de l’ANSES ainsi que ses ministères de tutelle pour que cette restitution se tienne dans les plus brefs délais en s’assurant de la présence des diverses parties prenantes.

En outre, au vu du sujet épineux traité dans ce rapport, et des divers rebondissements dont nous avons été témoins, nos organisations souhaiteraient obtenir plusieurs jours avant la tenue de ladite restitution les documents relatifs à ce travail (rapport, avis, note de commentaire et annexes le cas échéant), afin de favoriser un échange constructif et équitable avec les diverses parties prenantes, institutions et services de l’État susceptibles d’être présents. En cas de nouvelle déconvenue, c’est - dans ce dossier - la crédibilité ainsi que la partialité de l'Anses qui pourraient être mises en cause.»

 

À lire sur notre site :

Glyphosate : entretien avec François Veillerette, porte-parole de Générations futures

Glyphosate de Monsanto : la Commission reporte sa décision pour la deuxième fois

Des médecins contre les pesticides


Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité