Bio-info Toute l'information du Bio

Encyclique : le pape François appelle à une révolution écologique

 Encyclique : le pape François appelle à une révolution écologique

Faisant l’objet de fuites avant même sa parution officielle, l’encyclique papale « sur la sauvegarde de la maison commune » a fait grand bruit. Notamment dans les pays qui peinent à engager des mesures efficaces pour lutter contre les atteintes portées à notre maison commune, la Terre, bien évidemment. Les États-Unis ou le Canada, par exemple, se sont toujours démarqués en ne signant jamais les traités internationaux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre (protocole de Kyoto) ou à protéger la biodiversité et les ressources génétiques (protocole de Nagoya)… Mais ils ne sont pas les seuls visés.

Avec eux, l’ensemble de la communauté internationale en prend pour son grade : « La Conférence des Nations unies sur le développement durable, dénommée Rio+20 a émis un long et inefficace document final », écrit le pape François, qui dénonce aussi la finance et le système bancaire, le modèle consumériste, l’exploitation mercantile des ressources naturelles et de la protection de l’environnement, qu’il tient pour responsable de la crise écologique que traverse la planète.

L’urgence de ralentir

Le pape fonde son texte sur les piliers du développement durable, et loin de limiter l’écologie à ses seules dimensions environnementales, il englobe bien évidemment ses dimensions économiques et sociales : inégalités dans l’accès à l’eau potable et pauvreté sont très largement soulignées. Dans cette conception d’une « écologie intégrale », une grande partie de la solution se trouve dans le principe du bien commun qui impose un changement important dans nos modes de vie. « Beaucoup de ceux qui détiennent plus de ressources et de pouvoir économique ou politique semblent surtout s’évertuer à masquer les problèmes ou à occulter les symptômes, en essayant seulement de réduire certains impacts négatifs du changement climatique. Mais beaucoup de symptômes indiquent que ces effets ne cesseront pas d’empirer si nous maintenons les modèles actuels de production et de consommation », pronostique-t-il, s’appuyant sur les rapports scientifiques qui établissent à la fois la réalité du changement climatique et de ses causes humaines. « Personne ne prétend vouloir retourner à l’époque des cavernes, cependant il est indispensable de ralentir la marche… », énonce-t-il sans langue de bois. Ce texte ne peut donc que porter un coup de pied fatal dans la fourmilière des justifications hasardeuses maintenues par les défenseurs du « business as usual » !

Un texte mobilisateur

Nicolas Hulot, lors de la conférence de presse organisée par la Conférence des évêques de France à Paris à l’occasion de la sortie du texte, a déclaré lire cette encyclique « comme une feuille de route que les hommes politiques devront ensuite mettre en musique », soulignant que sa conception laïque de l’écologie avait de nombreux points communs­ avec la notion d’« écologie intégrale » promue par le pape François. Fruit d’entretiens avec de nombreux scientifiques et spécialistes des questions écologiques, la lettre vise effectivement en premier lieu à « aider les décideurs à réfléchir », selon une source vaticane citée par le journal La Croix. « Il y a une dizaine d’années, j’entendais des scientifiques environnementalistes m’exprimer avec espérance que le jour où un pape publierait une encyclique sur l’écologie, nous gagnerions des années dans la mobilisation collective nécessaire pour répondre à la crise écologique en cours », commente pour sa part Dominique Lang, prêtre assomptionniste, scientifique de formation, journaliste à Pèlerin et auteur du blog Églises et écologie, qui présente l’actualité de la prise de conscience écologique chrétienne. Voilà qui est fait : s’adressant au plus de 1,2 milliard de catholiques que compte la planète (chiffres 2015), soit 17,4 % de la population mondiale, l’encyclique pourrait être beaucoup plus efficace pour changer les consciences que toutes les alertes et injonctions délivrées depuis trente ans par les défenseurs laïcs de la planète… 

 

Universel

Une encyclique qui s'adresse à tous les habitants de la planète

L’encyclique n’a pas d’effet juridique, étant publiée principalement comme source d’enseignement pour les fidèles de la religion catholique. Mais le pape souhaite ici que ce texte s’adresse à tous, bien au-delà de l’Église. Le message commence à porter ses fruits à l’international. Pour Achim Steiner, directeur du programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE), l’encyclique « tire une sonnette d’alarme qui ne résonne pas seulement auprès des catholiques, mais aussi des autres habitants de la planète ». L’ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, qui s’était beaucoup investi dans le précédent sommet de Copenhague sur le climat, a salué le grand leadership moral et éthique du pap. « Nous avons besoin qu’un tel leadership inspiré se développe encore plus. Le verrons-nous au sommet climatique de Paris ? »

 

À lire :

L’encyclique du pape François, « Laudato si » sur la sauvegarde de la maison commune, est parue en français chez cinq éditeurs : Salvator, Artège, Bayard, Quasar et Collège des Bernardins. Elle est disponible en téléchargement libre 
sur le site internet 
de La Croix.

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité