Bio-info Toute l'information du Bio

L’herboristerie du Père Blaize fête son bicentenaire

L’herboristerie du Père Blaize fête son bicentenaire

Pour le bicentenaire de son herboristerie, la rue Méolan s’est parée de fleurs et de plantes, l’opéra de Marseille a prêté le bureau de la Traviata et toute l’équipe a remonté le temps, ha­billée comme au XIXe siècle. Cette « pharmacie du Bon Dieu », comme la qualifie Martine Bonnabel-Blaize, en a vu passer des générations. Venues enfants avec leurs grands-mères, les trentenaires sont devenues clientes de cette herboristerie, où l’on vient pour l’écoute et le conseil personnalisé. Dans cette ville multi-ethnique qu’est Marseille, les Maghrébins, Comoriens, Malgaches, Antillais ou Réunionnais viennent se fournir ici en plantes, adeptes d’une médecine traditionnelle chère à leur cœur. L’équipe a appris le nom des plantes en langues étrangères et vit entourée de senteurs. « Tu trouves pas que ça sent Blaize ? », avaient ainsi résumé deux passagères d’un autobus tandis que Martine Blaize les croisait vêtue de sa blouse de travail…

Depuis 2013, l’officine a été reprise par Cyril Coulard, un pharmacien entrepreneur que la dernière descendante à la tête de l’herboristerie, Martine Bonnabel-Blaize, qualifie de « fils botanique » à défaut de fils biologique. Fils d’une fervente cliente, Cyril Coulard fait partie dès la fin de son doctorat des sceptiques à l’égard de la chimie de synthèse et de l’industrie pharmaceutique. C’est fortuitement mais naturellement que sa route va croiser celle de l’herboristerie du père Blaize, qu’il considère comme « le Saint Graal » des pharmaciens. L’officine utilisait au départ 250 plantes. Elle en compte aujourd’hui plus de 800, et s’intéresse aux nouvelles découvertes que nous révèle encore la phytothérapie.

À lire sur le sujet : "L'herborsiterie, on a tout à y gagner", interview du Dr Jean-Michel Morel. 

Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité