Bio-info Toute l'information du Bio

Dans la marmite de Super Diet

Dans la marmite de Super Diet

Cest dans le Valenciennois, dans le nord de la France, que les produits Super Diet sont fabriqués. Cachés au fond d’une ruelle, les locaux sont à l’abri des regards dans ce petit village de près de 2 000 habitants. On y concocte 400 références de compléments alimentaires, bio pour 97 %. Seules les ampoules peuvent garantir des produits bio à 100 %.

Siège parisien

« Même s’ils sont naturels, certains produits ne peuvent pas être bio. C’est le cas des ferments lactiques, du calcium ou de l’eau utilisés dans nos compositions », présente Christelle Chapteuil, la directrice générale, qui défend son entreprise entre Wavrechain-sous-Denain et Paris où se trouve le siège social de Super Diet. Radis noir et artichaut pour le bien-être du foie, ou acérola pour les vitamines à moins de préférer le Digiaflore pour une meilleure digestion ou encore le Jus d’herbe d’orge pour lutter contre la fatigue et renforcer les défenses immunitaires. Autant de plantes aux vertus bienfaisantes. Mais comment les bienfaits de ces végétaux, fruits et légumes sont-ils transformés en gélules et ampoules ? Comment sont extraites les matières premières ? Quelles certifications ? Une visite s’impose pour en savoir un peu plus.

Pastilles vertes pour le bio

Entrée par les stocks. L’enclos aux senteurs. Déambuler sur ces 5 000 m² au sol, c’est s’enivrer du parfum de toutes les plantes que l’on trouve dans ces boîtes multicolores. Pas de parfum en particulier, mais un savant mélange d’herboriste. Dans des box métalliques sont classés les produits finis, semi-finis et les matières premières. De la poudre, du concassé, des copeaux… « Les produits nous arrivent sous différentes formes : du coupé menu ou de la poudre que l’on utilise pour les gélules et les comprimés », explique Marie-Hélène Bailleux, la responsable qualité qui se cache derrière des petites lunettes strictes et un sourire franc.

Dans le dédale des stocks, parmi les contenants qui se déploient sur une dizaine d’étages parfaitement ordonnés, les éléments bio sont séparés du conventionnel. Étiquettes blanches pour le conventionnel, pastilles vertes pour le bio. Direction l’atelier de production. Nous quittons les étagères pour de l’inox et des murs blancs. C’est l’univers des machines. Mais à échelle humaine – à l’image de l’entreprise qui compte 200 salariés. Des centaines d’ampoules buvables se suivent, en cliquetis, sur un rail mécanisé. Les rebuts sont écartés, la qualité mise en carton. Comme dans toute chaîne de production, la concentration et l’hygiène sont de mise. Avant d’arriver ici, sous leur forme finale, les plantes ont subi plusieurs transformations.

Histoire

Cinquante ans d’ancrage denaisien 

1961
René Haussin, le fondateur, était naturopathe et homéopathe à Denain. Alors qu’un rhumatologue n’arrive pas à soulager ses maux, il s’intéresse à la diététique et la phytothérapie. En modifiant son hygiène de vie, les douleurs disparaissent. L’aventure Super Diet est née.

1974
Le jus de radis noir, produit phare de la gamme, arrive sur le marché. À l’époque, les centaines de kilos de radis épluchés étaient pressés manuellement dans un pressoir à vin.

1986
Premiers partenariats avec des maraîchers « à l’avant-garde du bio ». Parmi eux : Jean Maison, fondateur des Tisaniers dans le Limousin (aujourd’hui devenu Le Comptoir d’herboristerie).

1992
Obtention de la certification AB.

1997
Rachat du laboratoire Super Diet par le groupe Viva Santé, propriétaire de Juvamine, Mercurochrome et Urgo entre autres.

2000
Extension des bâtiments à Wavrechain-sous-Denain, la surface des ateliers de fabrication et des stocks double.

2008
Lancement par Super Diet de la première marque de cosmétique 100 % bio : Eostra.

2011
Super Diet fête ses 50 ans.

 

Une tisane géante

Le « sans colorants, sans conservateurs, sans alcool » est l’une des marques de fabrique de l’entreprise. « Nos comprimés ne sont pas enrobés. Super Diet a aussi développé la première enveloppe de gélule certifiée bio avec de l’algue marine bio. Les mélanges de plante se font par granulation humide pour éviter la présence d’excipients dans la poudre », précise Christelle Chapteuil. Quand elles arrivent en poudre au laboratoire, les plantes n’ont plus qu’à être mélangées mécaniquement entre elles avant d’être conditionnées par un « pilulier ». Les concassés sont moulus ou infusés.

Pour ce qui est des ampoules, le processus de fabrication relève de la tisane géante. « L’extraction se fait par décoction. Le pur jus s’extrait à froid, comme on le fait à l’automne pour le jus de radis noir. Il est pressuré dans une sorte de mille-feuille hydraulique », explique Marie-Hélène Bailleux. Cela paraît presque aussi simple que de la cuisine. « Sur le papier, oui… » plaisante la directrice générale dans une « cuisine » d’un calme dé­concer­tant… Sereins et concentrés, les salariés n’en oublient pas pourtant de travailler leur bonne humeur. Mais c’est au conditionnement que ça papote le plus. Le nez dans les cartons, les préparatrices de commande et expéditionnaires s’autorisent quelques boutades.

Des fournisseurs nationaux

Conditionnées dans des ampoules, placées en rangs serrés dans les boîtes rectangulaires de la marque, les plantes sont déjà loin de leur première vie en pleine nature. « Les producteurs sont certifiés et audités par nos services. » Certains d’entre eux, comme Cailleau Herbio, dans le Maine-et-Loire, et le Comptoir d’Herboristerie, en Corrèze, sont des fournisseurs depuis plus de vingt ans. La certification est le domaine de Céline Cary, chef de projet recherche et développement et chargée des affaires réglementaires. Super Diet, filiale de Viva Santé, met un point d’honneur à travailler en priorité avec des producteurs français à qui sont proposés des contrats solidaires de garantie avec prix d’achat et volume commandé fixé pour plusieurs années. « Bien sûr, il y a des plantes que nous ne sommes pas en mesure de produire en France, comme le ginkgo ou le ginseng », ajoute Céline Naveau, chef de gamme.

Chaque année, l’entreprise développe une trentaine de nouveaux produits. Une créativité et un sens de l’innovation qui placent la marque au premier rang des marques de complé­ments alimentaires bio, avec 3 % de croissance à fin 2012 sur le marché français. La quasi-totalité des magasins bio français distribuent des produits Super Diet. La percée en pharmacie, elle, est plus timide, au milieu des 450 laboratoires déjà présents dans les rayons. 

 

En savoir plus

Laboratoires Super Diet, rue Victor-Hugo, Wavrechain-sous-Denain, 59220 Denain, 03 27 44 08 98
Siège Social : 8 rue Christophe-Colomb, 75008 Paris
Sur internet : www.laboratoires-superdiet.fr


Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter Bio-Info
Votre inscription a bien été prise en compte 
Politique de confidentialité