Allaiter, c’est la santé !

PUBLIÉ LE 18 février 2013
 

ALLAITEMENT - Reprise du travail, réticences culturelles et difficultés d’organisation : malgré l’envie, pas facile de donner le sein en France. La nature n’a pourtant rien fait de mieux pour combler les besoins nutritifs et affectifs des petits d’hommes. Le point et nos conseils pour allaiter en toute sérénité.

 

Rachida Dati, Carla Bruni, Laetitia Casta, Marion Cotillard… Les people s’y remettent depuis une dizaine d’années et elles en sont fières. Pourtant, la France accuse un beau retard en matière d’allaitement.

Des statistiques ? Justement, il n’y en a pas, ou très peu : elles sont réalisées tous les trois ans par la DASS, sur cinq à dix maternités d’une seule région. En 2005, 62 % des nouvelles mamans allaitaient à la sortie de la maternité. Le chiffre retombait, après un mois, à moins de 33 % et, après deux mois, à un peu plus de 5 %.

Or ces maigres chiffres sont à considérer comme un progrès : dans les années 1980, on ne relevait que 45 % d’allaitement à la sortie de la maternité. Une  amélioration très relative puisque les Norvégiennes et les Suédoises, elles, sont aujourd’hui 98 % à nourrir leur nouveau-né ! Les secondes sont toujours 65 % à donner le sein après quatre mois, comme en Suisse. Au Canada, c’est 34 %, au Royaume-Uni 27 % et en Norvège, 48 % après neuf mois. Chez nous : à peine 5 % à quatre mois, alors que l’âge minimum de sevrage recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) se situe à six mois…

Allaiter prévient les maladies infantiles, l'obésité et le cancer

Le fait que les Scandinaves aient neuf mois de congé maternité contre trois en France explique en grande partie ce décalage, mais pas entièrement. « La sécurité croissante donnée par les laits modernes, la propagande commerciale sur les laits industriels, l’apparente facilité offerte par ces produits, le malheureux terme de “maternisé” donné un temps par la loi aux laits infantiles [et] la notion mal comprise de libération de la femme comptent parmi les causes les plus importantes », avancent les docteurs Lyonel Rossant et Jacqueline Rossant-Lumbroso sur le site Doctissimo.

Comme eux, de plus en plus de médecins reconnaissent pourtant que l’allaitement maternel est un enjeu de santé publique, pour les enfants mais aussi pour leurs mamans. Plusieurs études réalisées sur le sujet montrent que nourrir son bébé le protège de nombreuses maladies infantiles : diarrhées, otites, problèmes ORL… Selon la Haute Autorité de santé, il favorise sa croissance physique et affective, renforce le lien mère-enfant, augmente l’immunité de chacun et réduit les coûts, non seulement en lait artificiel mais aussi en soins (pour un nourrisson, sur six mois, une famille dépense environ 2 000 € de lait en poudre).

La France est-elle « baby friendly » ?

Mis en place en 1992 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’UNICEF, le label
« Hôpital ami des bébés » permet, partout dans le monde, d’identifier les établissements qui se sont engagés dans une démarche de promotion et d’aide à l’allaitement. En France, ce label est national en attendant de pouvoir répondre à tous les critères internationaux (en particulier les taux d’allaitement). Depuis 2000, 17 établissements ont ainsi été labellisés
« Amis des Bébés » (liste sur www.amis-des-bebes.fr).

Point positif : ces maternités sont assez bien réparties sur le territoire. En revanche, elles ne représentent que 22 600 accouchements par an, soit 2,73 % des naissances de petits Français… C’est peu ! Nos voisins britanniques disposent, eux, de 70 maternités labellisées. En Suède, elles le sont toutes. Il y a environ 20 000 maternités labellisées à travers le monde, dont près de 700 en Europe. Pour revenir à la France, plusieurs autres services hospitaliers et quatre régions déclarent être sur le chemin du label de l’IHAB… De quoi espérer que cette démarche, encore embryonnaire il y a peu, se transforme en une véritable politique nationale.

 

Un allaitement maternel d’une durée de six mois préviendrait les risques d’obésité jusqu’à 18 ans et réduirait de quatre à six fois le risque de cancer du sein chez la mère. D’un point de vue strictement alimentaire, il n’y a rien de mieux pour bébé : le lait de maman contient ses anticorps et réduit le risque de développer des allergies. Il est également riche en probiotiques, rempart efficace contre les maladies, et en acides gras indispensables à sa croissance.

À noter : la composition du lait évolue au cours de la tétée, selon un rythme jour-nuit, mais aussi avec l’âge de l’enfant et ses besoins de croissance. Pour résumer, le lait maternel est un aliment naturel, gratuit, disponible à toute heure et à bonne température.

Un lien affectif

D’un point de vue émotionnel, l’allaitement naturel est enfin le meilleur moyen, pour le bébé, de se sentir physiquement en sécurité. Les psychologues, depuis Freud, vont plus loin en évoquant la création d’un lien mère-enfant durable, l’apprentissage des normes de relation à l’autre et le bagage affectif transmis avec l’allaitement. Pour la maman, donner le sein permettrait de mieux faire face au baby blues, voire de l’éviter : l’ocytocine, hormone des contractions et du sentiment d’attachement, continue à faire son travail après l’accouchement et pendant toute la durée de l’allaitement. C’est d’ailleurs grâce à la production de cette hormone que l’utérus retrouve sa taille normale.

Allaiter permet aussi à la maman de perdre plus facilement les kilos pris pendant la grossesse. Un argument de choc, repris par Monica Bellucci après la naissance de sa fille Deva, en 2005 : Oui, je crois que ça fait maigrir… avait-elle expliqué au magazine Elle. Jolie publicité. 

Soigner les crevasses

Les gerçures sont dues, dans 98 % des cas, à un mauvais positionnement du bébé, qui doit être face à sa maman (nombril contre nombril) et bien prendre toute l’aréole du sein dans sa bouche (pas seulement le mamelon).
Pour les traiter, on peut appliquer après chaque tétée une pommade homéopathique telle que
Castor Equi (chez Boiron). Très grasse (96 % de vaseline), mais très efficace : les crevasses disparaissent en quelques jours (20 g, environ 2 €, en pharmacie). Ou Lansinoh, produit chouchou de La Leche League, composé de lanoline pure (10 g, env. 8 €, en pharmacie). Au rayon cosmétiques, on se tourne vers des produits sans huiles essentielles et comestibles, qui ne nécessitent pas de lavage entre les tétées. Notre préféré : Essential Care, Baume spécial tétée, 100 % comestible (pot de 20 g, 7,75 €, ou 50 g, 16,50 €). Enfin, on peut poser, entre chaque tétée, des compresses badigeonnées de miel d’acacia ou de tisane de graine de cumin.

 

Les bons conseils en pratique

Économique, l’allaitement n’en est pas moins un investissement en temps et en énergie. La clé : éviter les erreurs courantes et entretenir sa motivation.

Dès l’accouchement, et sauf indication médicale, la mère et le bébé doivent pouvoir rester ensemble, confortablement installés, peau contre peau, en évitant les séparations. Bain, pesée et autres soins peuvent être faits plus tard, à proximité de la mère. Le plus souvent, le bébé se met à téter, stimulé par l’odeur de sa mère, son contact, sa voix, sa chaleur et ses mouvements. Le lait des premiers jours, le colostrum, souvent épais et jaune orangé, est exactement ce dont le nouveau-né a besoin car il est, entre autres vertus, riche en anticorps.

Le lait proprement dit peut monter dans les trois premiers jours mais aussi le quatrième, le cinquième… C’est variable d’une femme à l’autre, mais aussi selon que la mère donne le sein exclusivement ou non. Donner de l’eau, de l’eau sucrée, du lait infantile ou un biberon peut entraver physiologiquement la lactation, stimulée par le contact avec le bébé.

Pour allaiter au mieux, il faut sortir !

Passés ces premiers jours, où du personnel formé est souvent présent pour aider à la mise en route de l’allaitement, la plus grande difficulté est de trouver un rythme avec son enfant, qui, au début, crie famine toutes les heures, y compris la nuit. "Il faut s’attendre à ressentir une grande fatigue, surtout au début", explique Valérie Lacroix, conseillère en lactation diplômée, mère de deux enfants et créatrice de l’entreprise Grandir Nature, dans le Bas-Rhin.

Ses quatre conseils : miser sur l’aide et la présence du papa, partager ses difficultés avec d’autres dans le cadre d’une association, faire un point régulièrement sur son allaitement et enfin ne pas faire l’erreur courante qui est "de rester chez soi toute la journée. Il n’y a rien de pire pour une maman, car pour donner de soi, il est nécessaire de s’enrichir du monde extérieur".  Vous avez bien lu, pour allaiter au mieux, il faut sortir ! On continue à voir ses amis, à répondre positivement aux invitations, et on emmène bébé avec soi, confortablement installé dans une écharpe de portage.

Enfin, comme sur la route, "on regarde loin devant soi ": l’allaitement est recommandé pendant six mois, "après, c’est du plaisir", estime Valérie. Le plus gros sera fait, d’autant plus qu’à cet âge, les enzymes gastriques de bébé peuvent commencer à métaboliser d’autres aliments. L’OMS, qui recommande l’allaitement maternel exclusif pendant six mois, indique qu’il peut se poursuivre en association avec une alimentation solide jusqu’à l’âge de 2 ans et même au-delà. Mais "à ce stade, si personne ne pense à vous dire “Bravo Madame”, vous pouvez vous le dire, insiste Valérie Lacroix. Regardez fièrement votre poupon et pensez que c’est vous qui l’avez nourri !"

Vrai ou faux ? 
Les idées à ne pas boire comme du petit-lait

Il est plus difficile d’allaiter quand on a une petite poitrine.

FAUX C’est la graisse qui fait la taille d’une poitrine et non la glande mammaire. L’insuffisance de lait est souvent le fait de l’enfant, qui tète mal (c’est le cas notamment des prématurés, moins toniques). Plus rarement celui d’une pathologie. La chirurgie mammaire, si les canaux lactifères ont été coupés, peut elle aussi entraver la capacité d’allaitement, qui ne dépend pas de la taille du bonnet !

Lorsque le bébé n’a pas tété dès la naissance, c’est fichu.

FAUX Le contact peau à peau avec la maman permet souvent de faire rentrer les choses dans l’ordre. Le fait d’être contre le corps de sa maman empêche aussi le bébé de perdre de l’énergie à se réchauffer, ce qui l’aide à se concentrer sur la tétée. Si un problème oblige à donner du lait artificiel à la naissance, il existe des dispositifs d’aide à l’allaitement qui permettent au bébé de boire comme s’il était au sein, sans perdre son réflexe de succion.

Donner le sein bloque la libido.

VRAI ET FAUX La libido met quelques semaines à revenir après un accouchement. Pour celles qui allaitent, quelques mois (lorsque l’allaitement n’est plus à la demande). Au début, la relation entre une femme qui allaite et son enfant est aussi forte que chronophage. À mesure que la fréquence d’allaitement baisse, la libido revient, avec le désir de se sentir à nouveau femme.

Certaines plantes favorisent la montée du lait. 

VRAI Bien que le sujet des plantes galactogènes soit controversé, il semble que oui. De toute façon, la tisane est un bon moyen d’absorber de l’eau, ce qui en soi favorise aussi la montée de lait. À chacune de concocter son élixir miracle, avec anis vert, basilic, céleri, cumin, fenouil, ortie, verveine, chardon béni, plantain, cônes
de houblon, feuilles de framboisier… Et, si besoin, prenez du Galactogil. Ce complément alimentaire est efficace (malt, galéga et phosphate de calcium) mais très sucré (saccharose).

Boire ou allaiter, il faut choisir.

FAUX Autant l’ingestion d’alcool est dangereuse et doit rester extrêmement limitée pendant la grossesse, autant il y a des arrangements possibles après. Selon Valérie Lacroix, conseillère en lactation diplômée en France, « il est possible de boire un verre de temps en temps ; dans ce cas, la règle est d’attendre deux heures après la prise d’une unité d’alcool » (une unité = 25 cl de bière à 5° ou 14 cl de vin à 12° ou 3 cl d’apéritif à 40°).

Il faut arrêter d’allaiter en cas de grippe.

FAUX Un cas de rhume, grippe, angine… ou encore en cas de gastro-entérite, il est inutile d’interrompre l’allaitement, à moins d’être très fatiguée. D’abord, la contagion a déjà eu lieu, parfois même avant que la maman ressente les symptômes de la maladie. Ensuite, lorsque survient ce type d’infection bénigne, son organisme produit les anticorps adaptés, qui passent dans son lait. Si bébé tombe malade à son tour, il sera donc mieux armé contre la maladie que s’il n’était pas allaité.

Allaiter fait tomber les seins.

FAUX Non, c’est la grossesse qui fait tomber les seins, tenus par les ligaments de Cooper. Quand on reperd de la poitrine après une grossesse, ces ligaments sont les seuls éléments qui ne se rétractent plus. Le seul impact de l’allaitement, c’est l’allongement de quelques millimètres du mamelon, encore faut-il allaiter plusieurs enfants et longtemps.


Diversification alimentaire

Le lait maternel est un aliment complet composé de lipides, glucides, protéines, minéraux et vitamines. Il reste donc l’aliment à privilégier au moment de la diversification, qui, au départ, se conçoit en supplément et non en remplacement de l’allaitement. Les limites arriveront cependant au fur et à mesure que l’enfant grandit, à partir de ses 6 mois et jusqu’à plusieurs années : le lait maternel couvrira de moins en moins ses besoins journaliers. Mais il y aura aussi la nécessité de faire découvrir à bébé d’autres saveurs et textures. Autant le sein de maman le protège longtemps (jusqu’à 2 ans et plus), autant il ne faut pas prendre à la légère son éducation au goût, à un moment où il devient par ailleurs important de dénouer progressivement les liens de la relation fusionnelle.

• Le bon moment pour varier l'alimentation. Pour La Leche League, une association pour le soutien à l’allaitement maternel, c’est celui où l’enfant manifestera l’envie de picorer dans ce que prennent ses parents à table. Pour cela, mieux vaut évidemment le garder sur ses genoux au moment des repas. Pour l’OMS, c’est après 6 mois. Et pour Dame Nature, c’est tout simplement lorsque bébé commence à avoir des dents. Ce qui est sûr : à 6 mois, le système digestif de bébé est assez mature pour digérer d’autres aliments que le lait ; la diversification peut être retardée de quelques mois sans poser de problèmes pour sa santé, alors qu’une diversification introduite trop tôt prive l’enfant de la protection efficace de l’allaitement contre les infections gastro-intestinales, ORL et respiratoires. Citons La Leche League : "La poursuite de l’allaitement exclusif pendant six mois par rapport à une durée de trois à quatre mois permet un développement optimal des nourrissons et doit donc être encouragée. L’introduction d’une alimentation complémentaire entre quatre et six mois n’apporte aucun bénéfice particulier."

• On commence avec le poisson et les oeufs. Le fer et le zinc sont les deux premiers éléments dont les apports commencent à être insuffisants dans le lait maternel. Contrairement aux habitudes, ce serait donc le poisson et les œufs (et non les fruits et les légumes) qui seraient à introduire en premier dans l’alimentation de l’enfant après 6 mois, sans risque accru d’allergie par rapport à une introduction plus tardive. En revanche, pour les aliments à fort pouvoir allergénique (kiwi, céleri, arachide, fruits à coque, crustacés…), les pédiatres conseillent d’attendre un an.

En ce qui concerne le gluten, on ne l’introduit ni trop tôt ni trop tard. L’European Society of Pædiatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition (ESPGHAN) conclut sur la base d’études récentes qu’il est prudent de l’introduire après 4 mois, mais pas après 7 mois et cela "progressivement, alors que l’enfant est toujours allaité au sein, dans la mesure où cela pourrait réduire le risque de maladie cœliaque, de diabète de type 1 et d’allergie au blé" (2008).

Il n’y a pas d’ordre d’introduction pour les légumes et les fruits, qui, outre leurs apports en vitamines, permettent à l’enfant de découvrir de nouvelles saveurs, couleurs, odeurs et textures. Une étude de l’INRA de Dijon a montré récemment que la plupart des aliments nouveaux, même ceux au goût très prononcé, étaient facilement appréciés par les enfants, même très jeunes. La diversification est donc un enjeu tout aussi sérieux pour leur santé que pour leurs futures appétences. 

Après le sein : neuf conseils pratiques

Pour ne pas perturber les habitudes d’allaitement, donnez à manger les autres aliments à la petite cuillère et non au biberon.

Lorsque vous commencez la diversification, proposez le sein avant de proposer les autres aliments, qui ne doivent pas remplacer le lait. Bébé goûte à tout, mais il peut continuer à téter à la demande.

Introduisez le gluten dans l’alimentation en commençant par donner un petit morceau de pain à mâchouiller sous votre surveillance.

Au début, donnez les aliments séparément et à des moments différents pour pouvoir repérer d’éventuelles réactions allergiques.

Adaptez les textures au goût de l’enfant. Écrasé, mixé, en petits morceaux, il n’y a pas de règle. N’oubliez pas que la texture seule peut suffire à susciter l’attrait ou le dégoût de l’enfant.

Profitez de l’arrivée de bébé dans la famille pour adopter une alimentation plus équilibrée et variée, notamment pour ce qui est des légumes. Potimarron, courges, tomates anciennes, aubergines, panais, persil… le plus tôt est le mieux pour contrer le phénomène épinards.

Continuez à vous alimenter vous-mêmes en adéquation avec l’allaitement qui se poursuit, en évitant les aliments à risque.

Ne forcez à rien : ni à manger sans faim ni à prendre un aliment en particulier. Fiez-vous un peu à la sagesse nutritionnelle de votre enfant, théorie développée dans les années 1920 par la pédiatre canadienne Clara Davis.

Faites connaissance avec les petits plats bio Good Goût proposés par une entreprise du nord de la France, qui a décidé voici deux ans de réintroduire de la diversité dans les assiettes des plus petits (3,49 €, infos et points de vente en Belgique sur
www.goodgout.fr).


Après la reprise du travail

Ce que dit la loi. Selon le Code du travail (articles L1225-30 et suivants), toute entreprise doit accorder deux fois une demi-heure par jour aux salariées désirant allaiter un enfant de moins de 1 an, que ce soit sur place ou pour tirer du lait. Dans le cas où l’entreprise dispose d’une salle d’allaitement (dans les structures de plus de cent salariées, cette disposition est obligatoire et peut faire l’objet d’une mise en demeure), ce temps est ramené à deux fois vingt minutes. Il n’est pas rémunéré durant ce laps de temps, contrairement à ce que préconise l’Organisation internationale du travail depuis 2000. Ces dispositions peuvent varier selon les conventions collectives.

 

Marlène schiappa, présidente fondatrice de l’association Maman travaille et auteur du guide du même nom sorti en août 2011 chez First. 

"Quelques entreprises donnent le ton "

Sait-on à peu près le nombre d’entreprises qui disposent d’un local réservé à l’allaitement ?

C’est très difficile à chiffrer, car beaucoup n’ont pas à proprement parler de local dédié. Même dans les entreprises impliquées et innovantes en matière de conciliation entre travail et maternité, il s’agit souvent d’une pièce qui sert aussi à autre chose : un coin à part dans une salle de pause, une salle de réunion utilisée pour allaiter… De toute façon, une salle n’est pas suffisante : il faut aussi un espace réfrigéré et discret pour conserver le lait et des conditions de calme.

Connaît-on les sociétés qui sont engagées en faveur de l’allaitement ?

C’est un sujet tabou en France, qui touche à des volontés ambivalentes : l’OMS ne cesse de recommander l’allaitement, mais rien n’est fait concrètement pour le permettre. Par exemple, l’heure d’allaitement est autorisée, mais pas rémunérée… Et elle sert bien plus souvent à tirer son lait qu’à réellement allaiter son bébé. Des entreprises engagées ? On peut citer Sodexo, La Poste ou Carrefour, qui ont mis en place tout un projet dédié à la conciliation entre travail et maternité.

À lire sur notre site : Du lait de substitution? Oui, mais bio!
Dossier Bébé bio de A à Z
Isabelle Petiot

4 commentaires • Ajouter le votre ?

Connectez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant pour publier un commentaire !
Corinedugh
31 janv. , 2017, 19:44
Signalez un abus

Très bon dossier sur l'allaitement ; j'ai toujours encouragé cela. C'est très important pour le bébé et des moments d'intimité pour maman. Pour confort, il faut penser à acheter un coussin d allaitement.

Répondre

Analya
31 janv. , 2017, 19:49
Signalez un abus

Je pense qu'il y a un souci sur votre lien mis à .

Répondre

Vieille
12 avr. , 2013, 16:54
Signalez un abus

Bonjour, Notre fille allaite actuellement son troisième enfant ...La dernière va avoir deux ans ....Tout se passe bien mais quel délire lorsqu'il faut, compte tenu des voyages professionnels, prendre le train et tirer son lait dans les toilettes des TGV .....Ce n'est guère approprié et il serait temps d'y penser ..... même si les compagnies aériennes pensent à supprimer les toilettes dans leurs avions pour gagner des places .......Dingue !

Répondre

SOS Allaitement Toulouse
27 mars , 2013, 16:52
Signalez un abus

Merci pour cet article!
Je suis consultante en lactation certifiée IBCLC installée en libéral sur Toulouse.
Je propose aux mamans de la région des consultations d'allaitement individuelles et personnalisées, ainsi que des ateliers ("Reprise du travail", Sevrage et diversification alimentaire", "L'allaitement les premiers temps") afin de les aider et les soutenir dans leur projet d'allaitement.


Répondre

Retour en haut