La chambre de bébé selon 
la pédagogie Montessori

PUBLIÉ LE 25 septembre 2015
 

ENFANTS. Oubliez le traditionnel lit à barreaux et les armoires accessibles aux seuls parents. Pour la pédagogie Montessori, l’aménagement de la chambre de bébé doit lui permettre de céder à son irrésistible besoin d’expérimenter, en lui proposant dès le plus jeune âge un mobilier accessible, mais néanmoins sécurisé. Un moyen pour l’accompagner sur la voie de l’autonomie. Explications.

La chambre Montessori est reconnaissable au premier coup d’œil : elle est dépourvue de lit à barreaux ! Et pour cause. Selon cette pédagogie, l’environnement est primordial dans le développement de l’enfant. « En lui proposant un environnement préparé, en adéquation avec son étape de croissance, le parent lui permet d’exercer ses compétences et ainsi de développer son potentiel. Ce faisant, il l’accompagne vers l’autonomie », explique Odile Anot, coordinatrice des activités du Centre Nascita du Nord, une association de parents située à Mouvaux, attachée à l’école Montessori et éditrice du magazine "L’enfant et la vie".

Difficile d’imaginer bébé dans un lit dépourvu de barreaux… Rassurons les parents inquiets, il n’est pas question d’y endormir un nourrisson. Les premiers mois, la pédagogie Montessori prône la proximité mère-enfant, l’allaitement et le partage de la chambre parentale. « Les parents sentiront le moment où leur bébé peut intégrer sa chambre. Il n’y a pas d’âge prédéfini, même si la période de douze à quinze mois, au cours de laquelle l’enfant apprend à marcher, est une belle étape d’indépendance symbolique », souligne Odile Anot.

Son petit chez-lui

 Dans sa chambre, l’ensemble du mobilier doit être adapté à bébé, pour composer un véritable petit chez-lui. Si le lit est dépourvu de barreaux, c’est tout simplement pour lui permettre d’y entrer et d’y sortir à sa guise.
« L’objectif est de lui donner le goût d’aller se coucher par lui-même, quand il se sent fatigué », indique la conférencière, qui organise des ateliers "parents chercheurs" et offre ses conseills aux municipalités.

Un lit bas, voire un simple matelas par terre sont ainsi conseillés. Une barre de protection, facile à franchir, peut sécuriser les petits aux nuits agitées. « À son réveil, l’enfant n’a pas besoin d’appeler à l’aide pour sortir de son lit. Il le fait de lui-même et s’affaire à jouer dans sa chambre ».

 Dans le même ordre d’idées, l’enfant doit avoir accès à une commode ou à un petit vestiaire l’incitant à s’habiller seul. « Des vêtements de saison y sont disposés, pour qu’il n’enfile pas une tenue légère en hiver ! Il s’agit de lui donner une liberté de choix, en rapport avec sa capacité à décider », précise la formatrice. Le mobilier se complète d’une table et d’une chaise à sa hauteur, mais aussi d’un miroir lui permettant de constater qu’il est à l’origine des mouvements qu’il observe, le tout dans un cadre aux couleurs apaisantes.

Côté jeux, la caisse fourre-tout est à éviter ! « Deux ou trois jeux rangés sur des étagères accessibles suffisent. On les remplace à mesure qu’il s’en lasse. De même pour les livres », ajoute-t-elle. Un aménagement qui permet à l’enfant, considéré dès sa naissance comme un être doué d’une autonomie, aussi petite soit-elle, de céder à son irrépressible envie d’expérimenter. 


Pour en savoir plus : Odile Anot, 06 18 51 74 60 
www.lenfantetlavie.fr.

 Odile-Anot-montessori-education-bio-info


Genèse
Maria Montessori, femme médecin
Née en 1870, Maria Montessori fut l’une des premières femmes médecins d’Italie. Elle découvre l’importance de mettre des jeux à disposition des enfants en travaillant dans une clinique psychiatrique de Rome : exercer leurs mains les aide à développer leur intelligence. À partir de 1901, elle s’intéresse aux enfants sans pathologie particulière et crée en 1907 la première Maison des enfants, où elle construit sa pédagogie, avant de l’enseigner aux États-Unis à partir de 1914. En 1929, elle fonde l’association Montessori internationale. Elle meurt aux Pays-Bas en 1952. Aujourd’hui, il existe une centaine d’écoles Montessori en France (liste sur le site de l’association Montessori France).

 

À lire sur notre site :

L'aider à faire seul : Montessori à la maison

Plus belle la nuit avec bébé : le cododo en questions

Quels labels pour la literie écologique ?

Coline Léger

Aucun commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant pour publier un commentaire !
Retour en haut