Soins capillaires : éliminer les toxiques de vos cheveux

PUBLIÉ LE 08 juin 2015
 

BEAUTÉ. La santé de nos cheveux est quotidiennement menacée par les toxiques auxquels nous les soumettons. Avec un peu de patience et des produits capillaires naturels, on peut leur redonner vie et éradiquer les nombreux polluants qui les abîment.

« Moins de 2 cm séparent le cuir chevelu du cerveau », rappelle Jean-Marc Rety, coiffeur coloriste très engagé à Maison-Alfort (Val-de-Marne). Un constat qui nous interpelle sur ces substances en pagaille, que l’on dépose sur nos cheveux. Couleurs, permanentes et lissages sont les plus préoccupants, mais shampooings et soins capillaires ne sont pas en reste, avec notamment la présence d’alkylphénols (perturbateurs hormonaux) et de laurylsulfate de sodium (LSS), des irritants notoires, mais aussi de phtalates, présentes notamment dans les laques. En fin de compte, lorsque la couche d’écailles qui entoure et protège l’intérieur du cheveu est abîmée par ces agressions, les cheveux deviennent rêches et secs et les après-shampooings, à grand renfort de silicone, calfeutrent simplement les trous. Outre leur effet nocif sur l’environnement, ils étouffent les cheveux et les alourdissent, et il faut parfois des mois pour s’en débarrasser!

Pour limiter la liste impressionnante des toxiques, optez résolument pour le bio, même si ces produits ne sont pas encore parfaits. Les puristes soulignent le laxisme du cahier des charges Écocert, qui autorise encore certaines substances chimiques ennuyeuses, dont les sulfates ou encore des quats et polyquats destinés à remplacer la silicone. Vous voulez en avoir le cœur net avec votre shampooing bio préféré? Rendez-vous sur le site de la journaliste allemande Rita Stiens, La vérité sur les cosmétiques, ou consultez le «Guide des meilleurs­ cosmétiques 2015-2016» (éditions Médicis). Vous pouvez aussi privilégier le label Nature et Progrès. Bien plus exigeant sur les substances chimiques, il interdit aussi l’huile de palme et permet d’acheter en toute confiance.

Stop aux colorations chimiques 

Avant de se convertir au végétal, il est nécessaire d’éliminer au préalable les toxiques accumulés par les colorations chimiques et les produits capillaires (silicone notamment) via l’argile. La marque Terre de couleur est passée maître dans l’art de la détox du cheveu. Elle propose neuf masques différents à base d’argile, des douze sels constitutionnels du Dr Schüssler – sels minéraux dilués et dynamisés selon la méthode d’Hahnemann, père de l’homéopathie – et d’huiles essentielles, adaptés à l’eczéma, la chute de cheveux, aux pellicules, aux cheveux gras, dévitalisés, sans volume, ternes ou encore à la transpiration capillaire excessive… Le principe? Arrêter les colorations chimiques et appliquer deux fois par semaine un masque détox durant plusieurs semaines selon le niveau d’intoxication du cheveu, jusqu’à lui redonner sa véritable nature. On peut passer ensuite à la coloration végétale.

Tous ces produits ne pourront cependant pas réparer des cheveux cassés ou étouffés par les toxiques, surtout si vous avez eu recours aux colorations, permanentes, lissages ou mèches (même à l’argile), qui intoxiquent les bulbes capillaires. La coloration permanente représente 80% des colorations, comme l’a rappelé encore récemment la revue 60 millions de consommateurs. Celle-ci dénonce un «trop grand nombre de substances non recommandables» avec «certaines formules qui incluent jusqu’à 17 molécules indésirables». Le titre pointe également «une réglementation trop laxiste», qui n’écarte pas les produits les plus toxiques comme l’ammoniaque, le PPD, le paraminophénol ou le polyaminopropyl biguanide (irritants, sensibilisants, allergisants, mutagènes voire cancérigènes…), des sels de métaux, sans compter certains ingrédients susceptibles de libérer du formaldéhyde (cancérigène avéré). 

Vive les couleurs végétales !

Les couleurs végétales sont des poudres de bois, racines, fleurs, écorces… mélangées et diluées dans de l’eau. Ni fixateur ni conservateur, mais des temps de pose plus longs. Pour les cheveux foncés qui nécessitent deux poses, il faut compter environ 2h30. La tenue des couleurs est ensuite aussi bonne que les colorations conventionnelles et le résultat s’améliore au fil des colorations, qui sont aussi de véritables soins fortifiants. Nous conseillons de commencer par une teinte peu foncée, quitte à augmenter la tonalité la fois suivante, car il est difficile de revenir en arrière et d’opter pour un coiffeur qui maîtrise bien les colorations végétales.

Si vous vous sentez à l’aise, vous pouvez vous lancer dans la coloration à la maison (ou alterner), en concertation avec votre coiffeur et/ou avec des marques sérieuses (Terre de couleur, Khadi, Sante Naturkosmetik, Logona, Couleur Gaïa ou encore Couleur chocolat). Solution économique : concocter vos propres compositions à base de poudres de plantes : Aroma-zone fournit un guide détaillé pour utiliser les différentes plantes et mélanges qu’elle propose. Soyez très prudents lors de vos achats, notamment avec le henné, où la vigilance est de mise.

Méfiez-vous du bio

Quant aux crèmes colorantes vendues en boutiques bio, elles sont certes moins toxiques mais continuent de reposer sur un fonctionnement chimique… Sans amoniaque ni résorcinol peut-être, mais des produits tout de même alcalinisants et oxydants qui utilisent le même principe que les colorations chimiques classiques, à savoir écarter les écailles des cheveux, oxyder la mélanine afin d’éclaircir ou décolorer puis faire absorber la teinture à la fibre capillaire… 

Si vous souhaitez éviter ce type de produits, fuyez toutes les formules avec deux flacons (révélateur et colorant). En matière de crèmes colorantes, seules celles qui estompent simplement les cheveux blancs ou donnent des reflets sont vraiment 100% naturelles (Logona, K pour Karité et Santé Naturkosmetik). Pour colorer ses cheveux naturellement, les colorations végétales sont désormais l’avenir.

 

À lire sur notre site : 

Chutes de cheveux : conseils et recettes d’experts

Bio jusqu'à la pointe des cheveux


Sophie Bartczak

1 commentaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous dès maintenant pour publier un commentaire !
Albine
07 janv. , 2016, 10:20
Signalez un abus

Bonjour,

J'ai pratiqué il y a quelques années la "remise" en couleur naturelle de mes cheveux en utilisant l'argile, mais n'étant pas très patiente nous avons décidé avec mon coiffeur de me raser entièrement : surprenant, mais cela m'allait assez bien ! par contre l'environnement familial a été assez perturbé ! j'ai donc maintenant une belle couleur "poivre et sel" qui hélas jaunie un peu, et je ne sais pas comment enlever cette couleur peu jolie ! Avez vous la solution ?


Répondre

Retour en haut